Il est nécessaire que le pays comprenne qu'il s'agit d'une race différente qui doit être respectée, a indiqué la représentante de l'Unicef.

Valores. No se debe menospreciar el aporte afroperuano. 

Afin de réduire le taux de population infantile afrodescendante discriminée, la représentante de l'Unicef au Pérou, Melva Johnson, a demandé à l'Exécutif d'inclure dans les textes scolaires l'enseignement de la culture afropéruvienne. 

"Les enfants afropéruviens se sentent discriminés. Ils ne doivent pas seulement être reconnus pour leur danse ou parce qu'ils savent jouer le  cajón. Il faut que le pays comprenne qu'il s'agit d'une race diverse qui doit être respectée. Cela doit être inculqué au collège", a-t-elle précisé mardi dern lors de la présentation du rapport  "¡Aquí estamos! Niñas, niños y adolescentes afroperuanos"(Nous, enfants et adolescents afropéruviens sommes ici), à Miraflores.

Parmi les problèmes auxquels l'enfance afropéruvienne fait face est le peu d'accès à la santé publique, car les centre de santé ne sont pas inclusifs pour cette population explique Melva Johiernson.

Dans la prime enfance (de 0  5 ans) 38% des enfants ont une maladie et  7,1% une maladie chronique; dans l'enfance (de 6 à 11 ans) 31,1% ont une maladie et 8,9% ont une maladie chronique; dans l'adolescence (de 12 ç 17 ans) 26% ont une maladie et  6,9% une maladie chroniquem selon l'Enquête Nationale Continue (Enco) de 2006.

Dans notre pays, il y a  669 143 afrodescendants,  parmi lesquels 30% sont des petites filles et des petis garçons. Une donnée préoccupante selon la Directice du Plan International Pérou, Mariella Greco, est celle qui indique que 18,3% des jeunes femmes afropéruviennes de 18 èa 20 ans dans les zones rurales sont enceintes. 

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

Piden enseñar la cultura afroperuana en los diversos textos escolares | LaRepublica.pe