Par: Redacción país

Le journal El Espectador et la Fondation Color de Colombia ont primé les afrodescendants qui se sont distingués dans le pays durant les années 2010 et 2011.

Cicerón Flórez y Américo Perea, dos de los galardonados en la categoría Vida y Obra. / Fotos: Gustavo Torrijos
Cicerón Flórez et Américo Perea, deux des lauréats dans la catégorie Vie et Oeuvre. / Photos: Gustavo Torrijos

L'imaginaire commun est assez loin de la réalité. Malgré les succès dont on parle beaucoup dans le football étranger et mêne si 4 des 8 médailles gagnées aux jeux olympiques de Londres ont été le fait de participants afrodescendants, le sport n'est définitivement pas le seul secteur dans lequel se distingue cette communauté en Colombie.

Cela a été confirmé lors du gala des prix à l'Afrocolombien de l'Année le 14 décembre dernier à l'auditorium Compensar de Bogotá  et au cours duquel 70 personnalités se sont distinguées après un choix difficiles par les équipes du journal El Espectador et de la Fondation Color de Colombia .

Éducateurs, scientifiques, entrepreneurs, journalistes, militaires, étudiants, juristes, artistes et professionnels de la médecine, représentants des 12 catégories primées, faisaient partie de la liste des lauréats à la tête desquels se trouvait Cicerón Flórez (sous -directeur du journal La Opinión, de Cúcuta), Arnoldo Palacios (le plus grand écrivain afrocolombien en vie) et Américo Perea, professeur en biochimie des universités Nacional et del Rosario.

Tous exemples pour un pays qui lutte contre plusieurs fléaux enkystés depuis bien plus longtemps que ses origines comme Nation et dont l'un desquels est précisément celui de la discrimination, car il ne faut pas perdre de vue que, il y a à peine deux siècles, les militaires de race noire du pays devaient enlever leur chapeau devant d'autres officiers de même rang et qui étaient métisses ou blancs. Cette égalité juridique pour laquelle les afrocolombiens se sont tant battus est enfin arrivée, mais il manque encore ce que beaucoup appellent la vraie équité. L'équité dans l'accès à la santé, l'éducation  et aux opportunités permettant que dans l'avenir il ne soit pas étrange de voir des généraux, des ministres ou des présidents noirs. Ce n'est que ainsi que le pays aspirera à faire le pas vers une société véritablement égalitaire. Peu importe qu'un progrès dans ce sens rende difficile à l'organisation d'un Prix à l'Afrocolombien le choix d'un gagnant, puisque dès lors, le pays tout entier sera le grand vaiqueur.

Gagnants du prix à l'Afrocolombien de l'Année

Catégorie Forces Armées: Capitaine de corvette Jairo Eligio Orobio (2010) et major de l'armée Álex Jefferson Mena (2011).

Jairo 

Jairo Eligio Orobio

Catégorie Justice: Magistrat Alexéi Julio Estrada (2010) et Mirta Abadía (2011).


Catégorie Secteur Privé: Florentino Blandón (2010) et Marie Claude Joachim (2011).
Catégorie Secteur Public: Ex-ministre de la Culture Paula Moreno (2010) et le professeur Pastor Murillo.

pastor murillo 

Dr Murillo


Catégorie Médias de communication: Mábel Lara, présentatrice de Caracol Noticias (2010), et Ilia Calderón (2011), journaliste à Univisión.

mabel 

Mabel Lara


Catégorie Musique et Arts: Chocquibtown (2010) et Juan Carlos Coronel (2011).
Catégorie Santé: William Murillo, chirurgien plastique (2010), et Olga Caicedo (2011).

Catégorie Académie: Alfonso Múnera (2010) et Hugo Caicedo (2011).
Catégorie Science: Raúl Cuero (2010) et Luis Caraballo (2011).
Catégorie Éducation: María Berrío (2010) et Norma Lozano (2011).
Catégorie Jeune: Bonny Prado (2010) et Angélica Mayolo (2011).
Catégorie Secteur Social: Aura Dalia Caicedo (2010) et Haidy Duque (2011).
Prix Spécial Vie et Oeuvre: Cicerón Flórez (2010) et Arnoldo Palacio et Américo Perea (2011).

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com