Par:  |12

IMAGEN_11604461_2

'LA PLAYA D.C.' narra la historia de Tomás, un joven afrodescendiente que huyó de la Costa Pacífica.

Le long métrage colombien E 'LA PLAYA D.C.', réalisé par  Juan Andrés Arango  a été sélectionné dans la section Un Certain Regard.

Le film raconte l'histoire de Tomás, un jeune afrodescendant qui a fui la Côte Pacifique colombienne à cause de la guerre.

Arriver à Bogotá, une métropole de huit millions d'habitants située à 2600 mètres au dessus de la mer est point de rupture pour le personnage qui doit faire face à une ville qui ouvre peu ses portes.

"On estime qu'entre 1991 et 2006 près de 300 000 afrocolombiens déplacés par la violence et venant des régions du Pacifique et de l'Atlantique sont arrivés à Bogotá . Cette migration massive est en train de transformer radicalement l'identité de la ville, en fragmentant l'hermétisme qui l'a séparé durant des siècles de la culture noire de ses côtes .La Playa naît de la fascination pour ce processus de changement et du besoin de l'explorer visuellement pour la première fois dans un long métrage ”, affirme son réalisateur et scénariste Juan Andrés Arango.

Une esthétique urbaine dans laquelle asphalte, congestion et inclémence de la rue accompagnent le parcours de Tomás, qui trouve dans l'activité de la coupe de cheveu un héritage historique des esclaves, qui traçaient sur les coiffures des enants des cartes indiquant les routes pour s'échapper.


Ainsi, sur les cheveux des autres, il commence à dessiner la carte qui le mènera à trouver son frère , qui a été consumé par l'asphalte et la saleté. Et dans cette quête, il se retrouvera lui même.

"C'est une carte qui se trace dans l'hostilité des rues d'une ville froide et sans pitié, ou Tomás, un jeune noir, mettra à l'épreuve ses valeurs pour affronter la peur, la nostalgie de la mer et les blessures, ”indique le réalisateur.

Le souvenir de la mer, de la Côte Pacifique est latent. La musique urbaine est accompagnée du son de la marimba ; l'image, occasionnellement  se déforme, créant un mouvement semblable au va et vient des vagues.

 

Le film a été produit par Séptima Films et Burning Blue de Colombia, en coproduction avec cinesud Promotion (France), Bananeira Filmes (Brésil) et Hangar Films (Colombie), en association avec  Laboratorios Black Velvet (Colombie), 
 
Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com


http://spanish.peopledaily.com.cn/92122/7793743.htmlE