ERBOL -Les afrodescendants de la région des Yungas espèrent élaborer leur propre curriculuméducatif régionalisé par le biais d'ateliers participatifs impliquant la population, indique le chercheur Juan Angola.
 
orisabol_foto_mario_friedlander_2
La Loi Avelino Siñani Elizardo Pérez établit la nécessité de curriculum éducatifs régionalisés, tenant compte des particularités linguistiques, culturelles, de la vision du monde, de l'activité productive de chaque région géographique-culturelle du pays.

 
Angola indique que actuellement, à travers le Conseil National Afrobolivien (Concejo Nacional Afroboliviano), la planification de la réalisation des ateliers participatifs est en cours et qu'elle a pour but de développer des propositions consensuelles avec la communauté. 
 
Ces matériels, une fois le consensus trouvé avec la communauté, devront servir comme matériel d'éducation ethnique et en ce qui concerne les  unités éducatives, ce seront des matériels écrits de chez nous, et de l'intérieur. Par la suite, ils seront socialisés d'une manière interculturelle
affirme Angola.
 
Ce processus vise à élaborer des produits propres aux Yungas, qui par la suite pourront être partagés avec d'autres régions  “pour qu'elles puissent également savoir qu'à l'intérieur de l'État Plurinational, il ya une histoire afrobolivienne inconnu dans les textes, sauf par les académiciens, et qui ne sont pas accessible à lapopulation en général ”.
 
Le curriculuum régionalisé des afroboliviens se concentrera sur la  caractérisation de la vie économique de chaque région.  Angola indique qu'il examinera égalament l'information historique, la langue, les traditions et les coutumes, les éléments généraux de la culture qui identifient ou autoidentifient la population.

 
La Loi Avelino Siñani-Elizardo Pérez a été approuvée en 2010, sa socialisation a été menée en 2011 et son application dans les classes a été annoncé pour cette année 2012. Cependant, on attend encore l'élaboration de programmes régionalisés dans l'ensemble du pays, une tâche qui devrait impliquer les communautés des différentes régions.

 
Angola explique que le contrôle au sein des communautés, les ateliers participatifs et l'élaboration du programme dépendent des ressources financières que le Ministère de l'Éducation met à notre disposition pour soutenir certaines activités. 

La Paz, 31 mars 2012-J.C.

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com