México, DF - La non reconnaissance de la population afrodescendante au Mexique, conjugée à la militarisation du pays pour cause de lutte contre la délinquence a provoqué des actes de discrimination contre cette population dans l'état de Guerrero, où souvent "on nous confond en détention provisoires avec les migrants honduriens ou cubains et la preuve de notre identité que l'on nous demande c'est de chanter l'hymne National même avant de nous demander une identification officielle ", dénonce Benigno Gallardo, du Mouvement National Afromexicain.

afromexDans une entrevue précédent sa participation au forum d'analyse sur les engagements en suspens de l'État mexicain 10 ans après la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et les formes connexes d'intolérance qui s'est tenue à Durban, en Afrique du Sud, l'activiste a signalé que les expériences dans ce sens dans la région s'étendent au système éducatif, judiciaire et de la santé.

"Dans les systèmes de santé, les noirs n'ont pas droit à un lit; ils doivent attendre de nombreuses heures pour recevoir des soins dans les hôpitaux, seulement à cause de leur couleur de peau", accuse-t-il.

Pastor Elías Murillo, spécialiste du Comité pour l'Élimination de la Discrimination Raciale de l' Organisation des Nations Unies a fait référence au cas d'un passager à l'aéroport de la ville de México qui du fait qu'il "avait la peau noire fut obligé par les autorités des migrations de chanter l'Hymne National pour démontrer sa condition de citoyen mexicain ", ce qui constitue une "preuve éloquente de la profondeur des défis que nous avons dans tous les pays latinoaméricains dans ce processus visant à atteindre l'égalité et en ce qui concerne le respect de la diversité raciale".

Gallardo de la Rosa affirme que avec la célébration de l'Année Internationale des Afrodescendants, promulgué par l'ONU pour cette année 2011, "nous les organisations qui travaillons à Guerrero, Oaxaca et Veracruz disposons désormais de scènes nationales qui nous permettent de demander d'être reconnus ".

Il signale qu'une première étape dans cette reconnaissance est l'incorporation par la que Commission Nationale du Développement des Peuples Indigènes de deux isión conseillers nationaux afrodescendants, même "s'il faut encore changer la rédaction de nombreux textes légaux dans le pays pour être inclus dans les politiques publiques de manière différenciée, comme les sont les 62 groupes ethinuqes enregistrés".

afromex1Il indique que même si elle est la première communauté à s'être établie dans certaines régions de la République, la population afrodescendante s'est toujours vu cachée dans le métissage et n'a jamais bénéficié d'une reconnaissance en tant qu'ethnie avec sa langue propre.

Il affirme qu'il n'existe pas de registre précis de la population au Mexique, mais on sait qu'ils se trouvent principalement à Guerrero, Oaxaca et Veracruz, et dans une moindre mesure à Michoacán, Guanajuato et Jalisco.

Au cours de la rencontre organisée par le Secrétariat des Relations Extérieures et le Conseil National pour la Prévention de la Discrimination a été présenté le Guide pour l'action publique contre la discrimination de la population afrodescendante au Mexique qui s'adresse aux autorités pour les orienter dans la réalisation de leurs engagements dans ce domaine.

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

http://www.vanguardia.com.mx/militarizarelpaishaagravadolasegregacionhaciapoblacionnegra-1092917.html