La Paz, 31 août (Erbol) .- Le député afrobolivien Jorge Medina a indiqué le 31 août dernier que les droits de son peuple, qui sont établis dans l'article 32 de la Constitution Politique de l'État (CPE), doivent être réglementés pour être réalisés .

Medina1

 

L'unique et premier député afrobolivien Jorge Medina

 

"La Constitution de l'État ne nous donne que des lignes directrices concernant la population afrobolivienne et on est en train de travailler sur tout cela. Il faut travailler sur la réglementation des droits des afroboliviens, ainsi que des points de vue politique, social et économique ", a assuré Medina à l’Agence de Nouvelles Indigènes Red Erbol.

Le député a précisé qu’il faut qu’un accord soit trouvé avec les autres peuples sur ce qui sera mis en place, conformément à la Constitution.

" La population afrobolivienne est déjà prise en compte dans les cinq lois organiques, mais ce n'est pas parce qu’il y a un article qui dit que nous jouissons de tous ces droits que nous pouvons nous démarquer de ce qu’est un État plurinational, car tout ce que nous définissons tourne autour de la délimitation et de la consolidation juridique du territoire que nos populations occupent et habitent ", dit-il.

 

 

Il a reconnu que l’implémentation de l'article 32 de la CPE implique un processus pour qu’il soit socialisé et que cela ne se fera pas du jour au lendemain.

Il a indiqué la Commission des Nations et des Peuples Originaires Paysans, des Cultures et de l’Interculturalité (Comisión de Naciones y Pueblos Indígena Originario Campesinos, Culturas e Interculturalidad ) de la Chambre des Députés a travaillé sur une Loi visant à reconnaitre la Saya afrobolivienne comme une expression culturelle, de vie et artistique, et non comme une danse, qui a été approuvée par la Chambre Basse et transférée au Sénat.

L'article 32 du chapitre IV de la CPE concernant les droits des Nations et des Peuples Indigène Originaire Paysans indique que "Le peuple afrobolivien jouit de tout ce qui correspond aux droits économiques, sociaux, politiques et culturels reconnus dans le Constitution aux nations et aux peuples indigènes originaires paysans. "

 

Traduit de l’Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com