María Carolina Lara
mlara@elaragueno.com

faalbaLa fête de l’afrodescendance des pays de l’Alba a débuté lundi dernier dans les installations de l’Hôtel  Maracay, parallèlement à une journée de forums et de tables rondes dans les aldeas universitarias bolivarianas de neuf communautés de l’État d’Aragua, avec pour engagement la reconnaissance e t le respect des peuples indigènes et afrodescendants.

Une exposition picturale et photographique de différents artistes de l’État d’Aragua a constitué l’une des premières activités de lancement du Deuxièeme Festival des Afrodescendants de l’Alba 2010 qui se déroulera jusqu’à dimanche prochain 18 juillet dans les halls internes et externes de l’Hôtel Maracay.

L'information a été donnée par Williams Alberto Hernández, secrétaire sectoriel de la Culture de Aragua, qui a ajouté qu’une exposition gastronomique et artisanale s’était installée pour la journée et avait sans aucun doute permis aux personnes présentes de se délecter le palais des excellents échantillons de la proposition culinaire vénézuélienne et d’autres pays.

L’Équateur, la Bolivie, Cuba et le Vénézuela prennent part à cet événement en plus des invités spéciaux que sont Haïti et les colonies africaines vivent sur le territoire national qui offrent des présentations musicales, de chants de chorales, de danse, de littérature, un stand de peuples entre autres.

En tout, quatre ateliers, 25 conférences et trois ciné-forums seront présentés étaient prévus dans sept communautés telles que El Piñonal, Caña de Azúcar, Brisas del Lago, Choroní, El Huete, El Castaño (dans la municipalité de  Ribas) et Las Delicias.


Hernandez précise qu’un grand défilé artistique et culturel est prévu lors de la clôture de la journée. Il débutera à 9 h 00 du matin ce dimanche sur l’avenue 19 de Abril, et partant de la Place San Juan pour arriver à la Maison de la Culture (Casa de la Cultura).

Dans la soirée de la même journée se tiendra au Musée d’Art Contemporain Mario Abreu la présentation de l’œuvre théâtrale  “Kombit, Haití es aquí” qui regroupe des acteurs haïtiens et vénézuéliens dans un montage théâtral réalisé spécialement pur le Faalba.

Traduit de l’espagnol par Guy Everard Mbarga  http://guyzoducamer.afrikblog.com