novelaLes feuilletons ayant pour sujet l'esclavage racontent encore les faits selon la vision des blancs.

Dans les histoires que la télévision brésilienne raconte au sujet de l'esclavage au Brésil, il est fréquent de voir des acteurs noirs occupant des rôles de soutien et des acteurs blancs occupant les rôles principaux.

Alors que l’on célèbre en ce 13 mai l’abolition de l’esclavage au Brésil, le reportage de R7 est découvrir les raisons profondes qui expliquent ce type de représentation.

Pour Daniel Martinez, titulaire d’une Maîtrise en sociologie à l'UFMG (Université Fédérale de Minas Gerais), la représentation des esclaves dans les feuilletons et les miniséries répète l'histoire que les Brésiliens apprennent à l'école.

La novela n’est que l’un des autres espaces dans lequel  le discours que nous apprenons dans les livres d'histoire est répété, dans lequel le noir ne reste qu’un esclave qui fut libéré par la bonté de la Princesse Isabel [qui a signé la libération des esclaves en 1888].

Le sociologue tient à rappeler  que le premier feuilleton Brésilien ayant une actrice noire est Xica da Silva  avec Taís Araújo qui passait entre 1996 et 1997 sur Manchete, une chaine aujourd’hui disparue.

- Elle jouait effectivement le rôle principal. Mais elle a réussi à devenir l’épouse du négociant en diamants, elle avait des esclaves et elle assumé l'identité blanche. Elle mettait même la poudre de riz sur son visage pour garder la peau claire.

Martins affirme qu’il manque encore à la Télévision une production qui dépeint le quotidien du Brésil esclavagiste selon la vision des habitants de la senzala, mais il ne croit pas à la réceptivité du spectateur.

novela1- Je pense que le Brésilien a encore des préjugés, et je ne sais pas si un feuilleton de ce type aurait de bons taux d’audience. C’est pourquoi je pense qu’il est difficile que cette révolution se produise. À la télévision, comme dans Sinhá Moça, les Noirs doivent encore être sauvé par les Blancs. Le feuilleton n’a pas encore réussi à quitter la grande maison (celle du propriétaire) pour effectivement aller dans les quartiers des esclaves (senzala).

La vision des noirs serait intéressante selon Mary Ceica

L’actrice de Record, Mary Ceica dit qu'elle ne pense pas que le public ait des préjugés, mais plutôt qu’il n’est pas habitué à voir la vision des choses du noir au premier plan.

- Les novelas racontent encore l’histoire à partir du regard du dominateur. Le téléspectateur essaie toujours d’avoir de l’affection pour les personnages noirs. Changer la vision de l’histoire serait hyper intéressant et je pense que le public accueillera bien un tel changement.

L'actrice, qui a récemment joué le rôle de la servante Quinlá dans la minisérie A História de Ester espère que Record va continuer à investir dans la production épique et elle propose même une histoire biblique, où les Noirs ont un rôle majeur.

- La reine de Saba était noire et était très importante ... Peut-être que c’est de là que provient l'histoire du roi Salomon.

Source : R7

Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com