Ciudad Bolivar, 10 nov. ABN .-

vene

Le Ministère du Pouvoir Populaire pour l'Éducation (ME) et le gouvernement de Bolivar satisferont à la demande de la communauté d'El Callao de sauvegarder et préserver la langue Pawta, mélange d'anglais et d’espagnol parlé depuis 150 ans dans la région sud de Bolivar par les descendants des travailleurs de race noire qui sont arrivés il y a un siècle et demi dans la région pour travailler dans l’exploitation de l’or au service des entreprises britanniques.

C’est ce qu’a annoncé le chef de l’Autorité Unique Éducative de Bolivar, Briceida Quiñones, qui a noté que l'intérêt pour ce projet est né lors du Troisième Congrès de l’Éducation Bilingue Indigène et Afrodescendants (III Congreso de Educación Bilingüe Indígena y Afrodescendiente ) qui s'est tenu la semaine dernière dans la capitale de l'État de Bolivar, avec la participation de 200 enseignants de l’organisation.

Quinones a expliqué que le porte-parole de la culture d'El Callao, Carlos London a réalisé une exposition sur l'origine et l’évolution de la langue Pawta, qui pendant un siècle et demi fut la langue prédominante dans cette ville minière, actuellement connue comme la plus grande population d’origine afrodescendante dans tout l’État de Bolivar.

Actuellement, il n y a que 12 personnes, d’un âge très avancé qui utilisent régulièrement celle langue, raison pour laquelle il est urgent que nous assumions la tâche de connaître la langue et de la préserver pour les générations futures”, dit-il.

Pour sa part, le représentant culturel d'El Callao, Carlos London a expliqué que le mélange des langues anglaises, espagnoles et d’autres langues emmenées par les travailleurs noirs au service des compagnies minières britanniques ,“ est un héritage unique dans le pays, qui ne se limite pas à la langue mais aussi à la musique, à la nourriture et à d'autres expressions culturelles de notre communauté. "

London a joué le rôle de représentant de la communauté afrodescendante et des habitants d'El Callao en dissertant sur la revalorisation du Pawta comme langue du peuple d'El Callao.

Il a noté que les callaoenses soutiennent les initiatives du Gouvernement National visant à la préserver les langues autochtones et à faire respecter leur utilisation et leur conservation dans les programmes éducatifs nationaux.

Nous voulons profiter de cette opportunité donnée à la langue dont nous avons hérité de nos arrières grands-parents et de nos trisaïeuls, et nous avons donc demandé la ME d’envoyer une commission à El Callao pour enquêter sur le sujet et obtenir les informations nécessaires pour ce travail", explique-t-il.

London a déclaré qu’aujourd'hui la culture d'El Callao, peuplée par plus de 7500 habitants, est confrontée à une lutte acharnée contre l'arrivée des cultures étrangères, ce qui porte ainsi atteinte à la conservation de ses traditions uniques.

Il estime néanmoins qu’en les sauvegardant et en les préservant, on peut non seulement  renforcer l’aspect culturel, mais aussi le tourisme et la recherche sociologique dans cette région de Bolivar.

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga