16 décembre 2011

Les religions de matrice africaine victimes d'intolérance au Brésil

   RIO DE JANEIRO (AP) - Rosa Cardoso est pratiquante de la religion afrobrésilienne de l'Umbanda depuis presque toutes ses 89 années d’existence, pourtant elle n'a jamais cessé de cacher sa foi au reste du monde.  La porte du temple qu’elle dirige dans un quartier de classe moyenne de Rio de Janeiro est située derrière une porte simple et délabrée et ne porte aucun signe annonçant  sa présence. À l'intérieur, les fidèles rendent hommage à des images de dieux d'ascendance africaine, les Orixas, mais les... [Lire la suite]
04 septembre 2010

Débat sur le tourisme ethnique et le candomblé

Étudiants, chercheurs, militants et représentants politiques ont discuté de l’implémentation du tourisme ethnique à Salvador Par Jaqueline Barreto Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/ "Le Tourisme ethnique envisage-t-il nos terreiros  comme des hôtels? Quels avantages apporterait-il? Nos orishas doivent-ils être consultés? " L'anthropologue Vilson Caetano a commencé son témoignage à partir de ces questions, en... [Lire la suite]
27 juillet 2009

Impacts de l’Insertion de l’Activité Touristique dans le Candomblé de Salvador

Par Nivia Luzia Silva de Santana* Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga Le tourisme est une activité dynamique qui englobe multiples segments qui se fondent sur la relation directe et indirecte entre les personnes, la prestation de service et l’échange de cultures distinctes. Les produits culturels tels que les festivités, les expressions artistiques, la gastronomie, les traditions orales, les œuvres architectoniques et même la religiosité, sont en majorité des éléments motivateurs ou attractifs pour la marche de... [Lire la suite]
Posté par guyzoducamer à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
11 mars 2007

Le Bloc nègre des Afrodescendants des Amériques (Partie II)

•La traite des esclaves qui a duré des siècles a contribué, surtout grâce aux incursions pour la capture de nouveaux esclaves, appelés bozales, à alimenter les cultures afros. Les maîtres favorisaient les aspects les plus innocents en apparence, comme les chants, les danses, les jeux, ainsi que les processions, les réunions entre les membres des mêmes “nations”, desquelles sortiront également les “confréries”. Les maîtres voyaient en elles les moyens de raviver la division et la rivalité entre les noirs. Ils la... [Lire la suite]