Lima, nov. 26. Azucena Asunción Algendones, la première citoyenne afropéruvienne à avoir reçu une sentence favorable dans une affaire de discrimination raciale au Pérou a déclaré que cette décision judiciaire a fait valoir sa dignité.

Capture

"Au début, personne ne voulait s'occuper de mon cas et j'ai de nombreuses fois pensé à tout arrêter; mais j'ai eu la force et le soutien de ma famille et d''institutions comme le Ministère de la Culture, le Défenseur du Peuple et des médias qui m'ont accompagné sur le long chemin pour faire respecter mes droits", a-t-elle indiqué.
Accompagnée par la Ministe Adjointe en charge de l'Interculturalité, Patricia Balbuena; de la directrice de l'ONG Centre de Développement de la Femme Noire Péruvienne (Cedemunep), Cecilia Ramírez; et de son avocat Iván Cárdenas, elle a déclaré être réconfortée par le fait qu'il s'agisse de la première condamnation pour délit de discrimination raciale, pour un dommage subi en 2012 sur son lieu de travail dans la région de Junín.
Une de ses consoeurs l'avait traité de "negra cocodrilo"(noire crocodile) à cause de sa couleur de peau, et le 20 mars 2012, ses collègues avaient même échangé sa photo de contrôle du personnel, pour que, au moment d'enregistrer son entrée, ce soit une photo de singe qui aopparaisse plutôt que sa photo.
Dès le jour de l'agression verbale, Azucena entama une procédure à l'intérieur de Sedam Huancayo, une entreprise de services d'eau potable et d'égouts de la Municipalité d'Huancayo, dans laquelle s'est produite l'agression. 
Malgré l'existence de rapports et de documents qui corroboraient l'acte de discrimination, ses employeurs municipaux choisirent de ne pas sanctionner la personne dénoncée. 
Justice ne lui étant pas faite dans le cadre de la procédure à l'intérieure de l'entreprise, elle présenta une dénonciation pénale à la commission du délit contre l'humanité - sous la forme d'une discrimination - contre le Directeur Général et du Chef des Ressources Humaines et des Relations Industrielles de Sedam Huancayo, pour avoir en quelque sorte entériné un ensemble d'attitudes et de dispositions hostiles et préjudiciables à son détriment. 
Le 13 novvembre dernier, le Deuxième Juge Pénal Liquidateur de Junín a en première instance condamné les accusés à trois ans de prison préventive et à 5 000 Soles de réparation civiles. 
 
Cette condamnation a été réconfortante", a indiqué Azucena Asunción Algendones au cours d'une conférence de presse.
 
En mars 2013, nous avons reçu la dénonciation d'Azucena via la plateforme Alerta contra el Racismo, qui à ce jour a recueilli 151 signalements de discrimination raciales et ethnique légales, et nous avons fait le suivi des cas comme celui d'Azucena, qui établit une jurisprudence, du fait qu'il s'agit de la première sentence avec sanction pénale pour le délit de discrimination raciale, a expliqué la vice-ministre en charge de l'Interculturalité, Patricia Balbuena.
 
C'est la première fois qu'un jugement de délit de discrimination raciale est prononcé  dans le pays, puisque jusqu'à présent, les seules sentences pénales pour discrimination raciale avaient été émises pour des affaires de handicap. Cette décision judiciaire constitue un précédent fondamental pour la lutte contre le racisme et en favor de l'exercice plein du droit à l'égalité et à la non discrimination à cause de l'origine, de la race, de la langue ou des coutumes. 
Il est également pertinent de relever que cette sentence représente un acte de revendication pour la population afropéruvienne historiquement discriminée dans notre pays. 
 
Personne ne nait raciste. C'est nous qui formons des racistes. Nous croyons que les expressions racistes sont normales et nous ne nous rendons pas compte qu'il y a des personnes comme moi, qui soufre de chaque attaque. Nous sommes des êtres humains, mais nous n'avons toujours pas appris à nous respecter”, a indiqué Azucena, qui a ajouté qu'elle ne de demandera pas de réparation civile, puisqu'elle a retrouvé sa dignité.
(FIN) AND/ ASH
Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/


Publié le 26/11/2015 http://www.andina.com.pe/agencia/noticia-sentencia-contra-discriminacion-racial-reivindica-dignidad-a-mujer-afroperuana-586698.aspx