Par Omer Freixa (spécial pour El Economista América)*

"Tout l'art émouvant de cette noire épileptique est fait avec le rythme du singe. C'est l'animal qui ressemble le plus au noir (...) Et elle même est un singe sur lequel le chasssuer moderne a placé un bouquet de plumes à l'endroit même où jusqu'à hier se trouvait une queue préhensile et poilue (...) Josephine Baker est un sexe qui bouge... et rien d'autre. Un beau corps noir et lustré, qui se secoue de manière grossière et frénétique, au son de candombe des quelques cuivres que d'autres noirs souflent d'un air simiesque  ". C'est ainsi que décrivait, en 1929 un magazine théâtral, la performance de celle qui fut affublée du nom de  "Venus d'Ébène ", la première femme noire à triompher à Paris avec ses danses extravagantes, sa beauté et sa voix sensuelle. 

 

omermujer

Même si elle fut très apprécée par le public et même si de nombreuses parisiennes de à la pleau bien blanche essayèrent de se la noircir pour ressembler à cette vedette qui obtint une renommée mondiale, Baker ne fut pas exempte d'épisodes de racisme et de discrimination. Dans une plus grande ou dans une moindre mesure, de nombreux artistes noirs durent être confrontés à ces problèmes. Ou même n'importe quel homme ou femme ayant un ancêtre africain et surtout, portant un phénotype lié au noir ou mulâtre. C'est un phénomène qui traverse tous les descendants d'esclaves (et d'autres héritages plus tard) qui vivent sur le sol américain. Mais la femme noire a un double fardeau à porter, d'abord sa négritude, en plus de sa condition de femme particulièrement liée à l'opprobre de l'esclavage dans le cadre duquel le maitre eut l'autorité absolue sur ses capacités sexuelles durant ds générations. Un tel héritage pèse aujourd'hui sur la présomption d'une sexualité incontenable de la femme noire et le lien rapide avec l'exercice de la prostitution. 

On compte environ 200 millions d'afrodescendants au sein de la population latinoaméricaine et caribéenne, soit 30% du total de la région( dont au moins la moité du pourcentage est représenté par des femmes ).

Le Brésil et la Colombie sont les pays qui comptent la plus grande population de cette origine. Les États-Unis sont le second si on tient compte de l'ensemble du continent. Les afrodescendants ont commencé à agir il y a relativement peu de temps face à leur condition d'exclusion et de marginalisation économique. En effet , ils représentent environ 40% des pauvres de la région, sont peu représentés au niveau politique et sont un secteur de la population dans lequel, contrairement aux autres, qui comptent un plus grand nombre d'analphabètes. En 2004, si l'Équateur a eu une moyenne nationale d'analphabétisme de 9%, au sein de la population afroéquatorienne, cet indicateur dépassait les 10,5%, bien au delà des 5% celui de ceux qui s'autodéterminent comme blancs dans ce pays. En, définitive, la condition de 'noir' s'impose comme un synonyme de pauvre, inculte et marginal dans toute l'Amérique.

 

Une nouvelle définition 

La catégorie afrodescendance a été développée au début du 21ème siècle,particulièrement dès que les Nations Unies ont organisé la première Conférence Mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et les formes connexes d'intolérance de Durban (Afrique du Sud ), qui s'est tenue du 31 août au 7 septembre 2001. Au terme de celle-ci, un militant uruguayen de la cause indiqua que à Durban "nous nous sommes rendus en étant noirs et nous sommes rentrés en tant qu'afrodescendants ".

La conférence a renforcé ;e fait que tous ceux qui ont un ancêtre noir prirent conscience de leur condition quelque soit le coin du monde dont il était question. Cependant, c'est en Amérique Latine et dans les Caraibles qu'on a pu observer le plus d'avancées . Le défi fut de passer de la catégorie de noir (ou descendant d'esclave ), une marque honteuse de l'esclavage d'autrefois et une chosification, à afrodescendant, un sujet avec une conscience pleine et qui cherche la réparation pour les dommages infligés à leurs ancêtres et une amélioration par rapport au lourd héritage actuel. À cet égard, la conférence de a déclaré l'esclavage et la traite esclavagiste comme crimes contre l'humanité. Le même pas avait été franchi par la France quelques mois auparavant. Lamentablement, la promotrice de la loi dans ce pays, Christiane Taubira, afrodescendante, d'origine guyanise et actuelle ministre française de la Justice dans le gouvernement français, comme indiqué plus haut avec Baker, mais l'an dernier, a été comparé à un singe par un opposant .

Pour revenir à l'Amérique Latine et aux Caraibes, depuis  2001, en réfléchissant sur la dignité de leur origine et l'opprobre à laquelle les avait soumis la traite esclavagiste de l'Atlantique, les Afrodescendants ont renforcé les liens associatifs de même que la mobilisation pour leurs droits, pour être reconnus dans les statistiques officielles, et pour mettre fin à une situation de retard produit de gouvernements latinoaméricains qui dans de nombreux cas ont blanchi l'histoire et ont confiné plusieurs groupes dans les marges, dans l'invisibilité quand ce ne fut pas simplement à la disparition. Les preuves tangibles de ces avancées sont la déclaration de l'Unesco en 2011 comme "Année Internationale des Afrodescendants " et de l'ONU, de la "Décennie Internationale des Afrodescendants  2015-2014".

Femmes Organisées

Tous ces incitatifs et cette marée mobilisatrice inititiale a commencé à inclure la question de genre et de la situation de la femme afrodescendante. En d'autres termes, un cadre propice pour la génération d'une conscience autour de la double discrimination dont elle soufre très souvent s'est renforcé. L'élan innovateur qui a suivi a encouragé et renforcé l'action des groupements préexistants (comme l'Alliance Stratégique Afrodescendante d'Amérique Latine et de la Caraibe - Alianza Estratégica Afrodescendiente de América Latina y el Caribe, créee en 1998) et, en général, a consolidé les réseaux afrolatinos des mouvements sociaux . Ils sont nombreux et il n y a aucun espace pour tous  les inclure ici.

Dans le cas de la femme afrodescendante, il faut signaler le Réseau des Femmes Afrolatinoaméricaines, Afrocaribéennes et de la Diaspora , représenté dans 24 pays et fondée le 25 juillet 1992 (en République Dominicaine ), qui s'appuya sur une rencontre  internationale de femmes préalable qui se tenait à Pékin. Pour commémorer le moment de la fondation du Réseau des Femmes, on célèbre chaque 25 juillet la "Journée Internationale de la Femme Afrodescendante".

À la veille de la célébration cette année de l'éphémeride, le 28 juin dernier, après trois journées auxquelles prirent par  270 déléguées de 22 pays de la région, a pris fin le "Premier Sommet des Femmes Leaders Afrodescendantes des Amérique", qui s'est tenu dans la capitale du  Nicaragua. L'événement a pris fin avec la création d'une plateforme politique qui, en consonnance avec la Décennie Internationale des Afrodescendants, envisage l'établissement d'une feuille de route pour l'autonomisation de la femme afro durant la décennie afin de surmonter la discrimnination dnt elle est l'objet, imposer la réalisation des traités internationaux et obtenir la reconnaissance de la plateforme au niveau global.

La plainte récurrenmte est que, plus d'une décennie après Durban, peu a été fait pour améliorer la situation des afrodescendants en Amérique Latine et dans les Caraibes. Por caso, en Colombie, le taux de pauvreté chez les noirs dépasse les 60%. Face à ce panorama,  des événements comme celui évoqué récent de  Managua, sont une preuve de plus que les femmes afrodescendantes ne baissent pas les bras dans la lutte contre les vices de la société dominante, OU le machisme, la discrimination raciale, l'exclusion, la pauvreté et la violence de genre sont des réalités habituelles qu'elles doivent affronter. 

* Omer Freixa (@OmerFreixa) est historien africaniste argentin (UBA-UNTREF), pofesseur et chercheur à l'Université de Buenos Aires et Professeur au Conseil Supérieur de l'Éducation Catholiquea (http://omerfreixa.com.ar/)


Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

:  Orgullo de ser mujer afrodescendiente - eleconomistaamerica.com.ar  http://www.eleconomistaamerica.com.ar/sociedad-eAm-argentina/noticias/6866329/07/15/Orgullo-de-ser-mujer-afrodescendiente.html#Kku8TSpfp2tXNoF1