L'histoire des communautés afrocolombiennes au cours des cinq dernières décennies en Colombie a été marquée par les menaces, par le défi croissant de la défense de la vie et par l'impact du conflit armé, dans les départements comme le Chocó, Bolívar, Nariño, Cauca et Antioquia entre autres, qui les a obligé à faire grossir la liste des déplacés et celle “longue” des victimes de la violence.

charlottekesl_pbi_466_web

Leur histoire, leur problématique sociale et économique est devenue visible le 8 avril dernier dans le cadre de la Journée Nationale des Victimes, organisée dans le Salon Elliptique du Capitole National en présence du président du sénat José David Name, du ministre de l'Intérieur Juan Fernando Cristo, la présidente de la Fondation des victimes Visibles Diana Sofía Giraldo et d'hommes et de femmes afrocolombiens des quatre points cardinaux du pays.

Selon les statistiques public-privés, 25% de la population colombienne est de race noire, établie dans la région caraibe et la région Pacifique, ce qui représente plus de 13 millions de personnes,  qui cherchent, à partir des régions, à édifier une paix viable durable partant d'un post-conflit au contenu social fort.


La communauté afrocolombienne a été victime et agressée de manière intégrale par le passage du tsunami de la violence dans des départements comme le Chocó, qui en plus de la pauvreté, secoue sa structure et invite l'État à édifier un post-conflit à visage humain”, a indiqué Juan Carlos Murillo un homme de 42 ans, qui a perdu sa famille lors d'un attentat terroriste des FARC, dans les environs de la municipalité de Bojayá.

Dans ses mots se réflète la tristesse –chaque fois qu'il se rappelle de l'épisode qui a changé sa vie en 2009. “Aujourd'hui, c'est vital que le Gouvernement du président Juan Manuel Santos ville à la protection physique et juridique des territoires et des communautés afrocolombiennes ”, a-t-il soutenu.

Il est allé plus loin en signalant qu'il est urgent et prioritaire dans la cadre de la loi des victimes, d'implémenter “l'accélérateur ” à l'attention de la population afrocolombienne, dans une approche différentielle, avec l'inclusion des personnes du troisième âge, les femmes, les enfants et les orphelins.

Cette communauté noire, raizal et palenquera est présente dans ce groupe de population. “Si cette ligne d'action est adoptée, la réparation des victimes aura un impact dans les départements tels que le Chocó, Valle del Cauca, Bolívar, Cauca ou Nariño, qui ont espoir que les politiques publiques qui seront adoptées après le conflit  auront un visage humain, et seront imprégnées d'une forte dose d'équité sociale ”.

Les 60 processus d'organisations  – de la population afrocolombienne- en situation de déplacement dans le pays, contribuent actuellement, de manière individuelle et collective, à la mise en marche d'une approche différentielle qui requiert un processus.

Il faut repenser notre modèle de vie, à partir de l'édification de la paix, il doit et a besoin de se renforcer . “Aujourd'hui nous accompagnons le président Santos dans son objectif d'atteindre la paix. Ce que nous réclamons du Congrès est d'être plus visibles, qu'il y ait plus de dialogue et que l'on nous fournisse des outils, pour faire de nous des acteurs du changement à partir des régions ”, a souligné Juan Carlos Murillo.

 

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

http://www.radiosantafe.com/2015/04/09/victimas-afrocolombianas-reclaman-el-derecho-al-territorio-y-la-reparacion-individual-y-colectiva/