Le Ier Sommet Latinoaméricain des Femmes Leaders Afrodescendantes des Amériques (I Cumbre Latinoamericana de Lideresas Afrodescendientes de las Américas) se tiendra dans la capitale nicaraguayenne à la fin du mois de juin de cette année, pour aller de l'avant dans le cadre de la Décennies Internationale de cette population au niveau mondial et pour élaborer le Plan d'Action 2015, a annoncé ce mercredi une source proche de l'organisation.

Grupo_Liderezas_Red_Afro

 La coordinnatrice générale du Réseau des Femmes Afrolatinoaméricaines et de la Diaspora, la nicaraguayenne Dorotea Wilson, a indiqué que ce segment de la population dans le monde doit toujours faire face aux inégalités de genre, et c'est pour cela qu'elles souhaitent souhaitent impulser une plateforme de lutte en 2015, en ayant comme axe principal la lutte contre le racisme.

 Le Ier Sommet Latinoaméricain des Femmes Leaders Afrodescendantes des Amériques se tiendra à Managua du 26 au 28 juin de cette année, pour demander la réalisation de la Décennie Internationale, qui envisage 18 axes de combat en faveur de cette frange de la popualtion dans le monde, qui représente 30% du total de la population d'Amérique Latine.

 Wilson, au cours d'une rencontre avec la presse nationale et étrangère a indiqué qu'à l'occasion du Sommet, elles demanderont le respect des droits humains de la popuation noire, plus d'éducation, l'accès à la santé et d'obtenir la visibilisation dans les recensements nationaux, pour dépasser ce stigmate d'être vus uniquement comme des "noirs" ou des "indigènes".

 "Quand on réalise les recensements nationaux, par exemple, si les censeurs arrivent dans une maison et voient une personne de couleur, ils disent, n'allons pas là-bas parce qu'il y a des noirs qui y vivent, et cette discrimination doit prendre fin, et nous devons être vus comme n'importe quel citoyen Nicaragua", a assuré Wilson.

 Selon les organisateurs du Sommet, au cours de l'activité, on demandera la protection et la sécurité des enfants et des adolescents, la protection de l'environnement,  non au déboisement des ressources naturelles la sécurité et la souveraineté alimentaire.

 On abordera aussi la nécessité de protéger les migrants afrodescendants au-delà des frontières nationales, et combattre la traite des personnes, des enfants, et les médias doivent réflter l'image positive de ce segment de la population.

 400 organisations du Réseau et des femmes indépendantes.

 Les organisation participantes à l'événement sont Afropanaméennes, Afrouruguayenne, Afrobolivienne, Afrochilienne, Afrocubaines, Afrocolombiennes et afrocostaricaine, l'Association des femmes du Brésil , les femmes de la Diaspora des états-Unis et les garifuna du Honduras.

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/

(Bin)

http://espanol.cri.cn/782/2015/04/23/1s347512.htm