Par Karen Juanita Carrillo

Quand Guillermo A. Baralt a publié la version originale en langue espagnole de "Révoltes d'esclaves à Puerto Rico: Conspirations et soulèvements, 1795-1873," la réaction au sujet de son contenu a été forte. Pour effectuer les recherches pour ce livre,  Baralt a passé au peigne fin les archives municipales et l'ensemble des reportages pour trouver la documentation sur plus de 20 révoltes d'esclaves africains et un taux élevé de Noirs qui s'étaient eux-mêmes libérés à Porto Rico avant la fin officielle de l'esclavage sur l'île en Mars 1873.

c8964f42_7560_11e2_a681_0019bb2963f4_t300



"Jusqu'à la publication du livre, les idées reçues étaient que les esclaves à Puerto Rico étaient dociles, n'avaient aucune raison de se rebeller et étaient généralement bien traités," note Baralt dans sa préface de 2007 dans la version en langue anglaise du livre. "Néanmoins, comme l'a démontré 'Esclavos Rebeldes', des recherches dans les registres municipaux de plusieurs villes de l'île pendant la période de 1796 à 1848 ont révélé une histoire radicalement différente."

Les Portoricains de quelque couleur que ce soit insistent invariablementsur le fait qu"ils forment une culture dans laquelle existe traditionnellement peu de racisme. Parce que la plupart des Portoricains sont endoctrinés par cette compréhension qu'ils ont un patrimoine insulaire pan-ethnique, il ont souvent une croyance sous-jacente selon laquelle les préjugés raciaux n'ont a jamais été pratiqués sur l'île - et que si elle l'a jamais été, c'est à coup sûr différent de la dichotomie noir/blanc basée sur la race qui fut, et  à bien des égards reste en vigueur aux États-Unis.

Beaucoup de Portoricains ont appris le célèbre poème de Fortunato Vizcarrondo, «Y tu aguela aonde ejta?" («Et où est votre grand-mère?"), qui décrit comment les Latinos de peau blanche se vantent d'un patrimoine européen alors qu'ils reconnaissent pas leurs racines africaines - le titre fait littéralement référence à leur grand-mère Noire,  cachée à l'arrière de la maison. Mais ce poème indique, avec son apparent dénigrement du patrimoine africain, que les relations raciales n'ont pas été aussi roses.

Il y a peu de compréhension historique que Porto Rico a également asservi des personnes d'ascendance africaine et les a maintenu dans cette position sur la base de la couleur noire de leur peau   - l'esclavage à Porto Rico n'était pas gentil ou meilleur pour les esclaves africains qu'il le fut ailleurs dans les Amériques. Les riches Propriétaires portoricains utilisaient des esclaves pour aider à produire leurs cultures. Pour maintenir leurs entreprises à flot, ils étaient souvent cruels envers les personnes qu,ils possédaient. Les propriétaires d'esclaves de Puerto Rico avaient cependant peur de leurs esclaves. Ils croyaient que la Révolution haïtienne allait avoir un effet terrible sur toutes les colonies des Caraïbes, une crainte confirmée par les soulèvements plus tard en Guadeloupe, à Sainte-Lucie, à Cuba et au Venezuela.

Baralt écrit à propos de l'augmentation de la population d'esclaves sur l'île et sur l'augmentation subséquente des révoltes. Après la Révolution Haïtienne, le besoin d'un plus grand nombre de plantations de canne à sucre a augmenté. Haïti avait été la source de 40% du sucre consommé dans le monde, et après sa révolution, il y avait une opportunité pour d'autres îles des Caraïbes de jouer ce rôle. Comme Puerto Rico avait augmenté sa population d'esclaves africains, l'île essaya d'augmenter sa production de sucre, mais l'afflux d'esclaves récemment arrivés nés en Afrique, qui étaient connus comme les "bozales," conduisait souvent de nombreux individus èa refuser que le reste de leur vie devrait être vécu en esclavage.

Traduit de l'Anglais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/

Source : http://www.afropresencia.com/