La récente remise des Oscar n'a pas récmpensé de manière significative le film Selma, mais il est indéniable que ce film a en lui un immense contenu historique et surtout social.

Bendicion_136

La lutte impondérable et le sacrifice de Martin Luther King pour les droits civils de la population noire des États-Unis est magistralement représentée dans le film.

Selma est une ville de l'Alabama dans laquelle ont débuté il y a 50 ans les mobilisations pacifiques qui ont amené le gouvernement de ce pays à décréter la fin de l'injuste discrimination. 

La belle chanson “Glory” de ce film a été interpréte par les auteurs, deux brillants chanteurs noirs, lors de la cérémonie de remise des prix il y a quelques jours, et a constitué l'un des moments phares et dramatique de celle-ci.

Le public les a ovationné debout, et pendant un long moment , tandis que certaines personnes n'ont pu dissumuler leur émotion et les larmes sur leurs visages. Le film est reparti avec l'Oscar de la meilleure chanson originale. La chanson dit et laisse ressortir, entre autres choses, qu'il y a encore beaucoup de progrès à faire en matière d'égalité.


Selon un des auteurs et interprètes de la chanson : “Un artiste a l'obligation de réfléter l'époque dans laquelle il vit. Nous avons écri cette chanson pour un film basé sur des événements qui remontent à 50 ans, mais Selma c'est aujourd'hui, parce que la lutte pour la justice c'est maintenant... la lutte pour la justice aujourd'hui même est réelle ...”


Mon intention est de souligner le fait que, ici même, dans notre pays, il nous faut un leader et un pont comme celui de Selma d'où débutera la lutte pour la justice en faveur de la population noire qui demeure sans protection et marginalisée, et qui vit majoritairement dans une infamante pauvreté.

Bien de choses ont été dites du point de vue politique au sujet de l'égalité et de la justice, mais rien n'a été fait en réalité. Les noirs en Équateur demeurent des maçons, des ouvriers, des servants et autres. Ils atteignent rarement des niveaux de formation et d'études élevés et ne peut par conséquent pas aspirer à un véritable dépassement.


Les principales populations afroéquatoriennes surtout sur la Côte, principalement à Esmeraldas, et également à Imbabura, continuent de vivre dans une extrême pauvreté, dans un abandon sans pondération, incompréhensible, et même en ces jours  on ne conntait aucun projet réel pouvant permettre l'amélioration de leurs conditions de vie, leur communication avec le reste du pays, l'intégration des enfants et des jeunes à des centres éducatifs urbains dans lesquels ils pourront bénéficier de la commodité économique leur permettant de réussir à devenir des professionnels ou s'ils le souhaitent, des sportifs de premier rang ; des éléments positifs pour la société, pour leurs familles et pour leur race.


  Prière au Gouvernement d'inclure ses populations dans ses plans pour qu'elles améliorent leurs conditions de vie, qu'elles étudient et s'intègrent au pays. (O) 

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/

http://www.eltiempo.com.ec/noticias-opinion/10361-a-selmaa-es-ahora/