La discrimination, autant dans le secteur privé que dans le publc, représente la première barrière pour le plein développement de la communauté afrodescendante du Panama, selon une étude présentée lundi dernier dans ce pays d'Amérique Centrale par le Programme des Nations Unies pour le Développement. (PNUD).

01-06-09feria4

"Si dans le domaine privé, la discrimination concerne particulièrement les opportunités d'emploi, au niveau gouvernemental, une des plus grandes barrières (...) est constituée par le système éducatif", détaille le rapport sur  ''les Perceptions et autoperceptions de la population afropanaméenne'' ("Percepciones y autopercepciones de la población afropanameña" ) du PNUD.

L'analyse a été élaborée par le projet régional 'Population Afrodescendante d'Amérique Latine' II du PNUD.

La population afrodescendante du Panama représente environ 9 % de la population totale de 3,4 millions personnes, selon le recensement national de 2010.

La coordinatrice du projet régional du PNUD, Silvia García, indique que "l'identité culturelle afropnaméenne doit être protégée par le biais de politives actives ", face aux divers problèmes auxquels elle fait face, tels que la discrimination.

Selon le document, les afrodescendants dénoncent également la discrimination dont ils sont l'objet principalement de la part de la Police Nationale, particulièrement dans les communautés où la proportion de la population afrodescendante est important.

Elle prévient également que la conservation des coutumes et des traditions à travers les générations est un autre sujet d'importance pour la communauté afropnaméenne, même si son identité culturelle est en danger à cause de facteurs comme la désagrégation familiale, la migration, l'absence d'éducation, la carence en politiques publiques et la discrimination.

Dans ce sens, il a été recommandé à l'État d'investir dans une éducation inclusive, d'instaurer le processus de consultation et de participation citoyenne, d'investir dans le suivi de politiques publiques antidiscriminatoires, et dans la mise en oeuvre des accords internationaux liés aux droits de la population afrodescendante et des populations marginalisées, en plus de l'implémentation de projets de développement dans les provinces de Darién, Colón et Bocas del Toro, des régions dans lesquelles est installée la plus forte population d'afrodescendants au Panamá.

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com