DSC0589

Même si le continent ne compte pas encore parmi les principaux partenaires commerciaux de l'État , les relations bilatérales sont forte expansion : de 2003 à 2012, les transactions financières dans le cadre commercial ont crû de 192% .

En 2003, le commerce bilatéral se situait à 452,3 millions de dollars US . Neuf ans plus tard, en 2012, il a atteint le niveau record de 1,3 milliards de dollars. De Janvier à Octobre de cette année, les flux commerciaux se rapprochent déjà d'un record, puisqu'ils ont atteint 1,1 milliard de dollars.

Les relations économiques avec l'Afrique était au centre d'une foire internationale  à Costa do Sauipe.

La deuxième édition de la Foire Internationale Afro-ethnique des Affaires et de la Culture ( Feafro ) est la première qui se tient Bahia et avec la participation de représentants de 12 pays africains .

Et les perspectives sont en plein essor, tant le secteur privé quele gouvernement de l'État ont montré un vif intérêt pour que les échanges entre Bahia et de l'Afrique continuent de s'intensifier.


Le directeur du Développement et des Relations internationales du Secrétariat de l'Industrie , du Commerce et des Mines( SICM ), Ricardo Vieira souligne que la diversité du continent se traduit par un océan d'opportunités. " Il n'existe pas une Afrique, il en existe plusieurs.Nous avons déjà une relation forte avec l'Angola, avec plusieurs compagnies de Bahia qui y opèrent, en plus d'une relation importante avec le Nigeria, le pays en Afrique qui connait un grand boom.Il y a également le Mozambique et l'Algérie " , dit-il.

Le Nigeria est le premier partenaire commercial de Bahia en Afrique, selon les données de la Surintendance des Études Économiques et Sociales de Bahia( SEI ), un organisme du Secrétariat de la Planification ( SEPLAN ). Jusqu'à Octobre 2013, les échanges commerciaux avec ce pays représentaient 21,75% de toutes les exportations de Bahia vers le continent.

 Déficit

L'Algérie représente 19,32 % des échanges commerciaux de Bahia avec le continent. L'Afrique du Sud ( 15,29 %), l' Egypte ( 12,78 % ) et l'Angola ( 7,32% ) complètent le classement .

Selon Vieira, les visites des représentants africain au secrétariat sont constantes, ce qui démontre de fortes perspectives futures de croissance dans le flux commercial avec la région. " Nous avons de nombreuses missions en provenance d'Afrique du Sud qui viennet à Bahia . Récemment, l' ambassadeur sud-africain nous a rendu visite au Brésil et d'autres de pays arabes " , a-t-il dit .

Malgré les relations croissantes avec l'Afrique, le commerce s'est davantage basé sur des importations et la balance commerciale( qui mesure la différence entre les exportations et les importations)a été négative.

En 2012, les exportations de Bahia vers les pays africains ont totalisé 110 millions de dollars alors que les importations ont atteint un record de $ 1,2 milliards, soit plus de dix fois la valeur facturée pour les produits exportés.

Cette année, la situation s'est aggravée par la forte baisse des importations. Jusqu'en Octobre, elles ne se situaieent qu'à $ 40,4 millions . " La récolte de maïs a été affectée, ce qui a porté préjudice aux exportations et la politique de réduction des livraisons pour l'entretien des raffineries de Petrobras a eu des conséquences négatives sur le transport de produits dérivés du pétrole ", selon le coordinateur du commerce extérieur SEI, Arthur Souza Cruz .

Les entreprises de Bahia opèrent en Afrique depuis 2000.

Plusieurs entreprises de Bahia sont déjà présentes en Afrique depuis le début des années 2000, surtout quand l'Angola a mis fin à des décennies de guerre civile. C'est le cas d'Enashopp, la société qui administre le Centre Commercial Barra, l'Itaigara et Paseo, avec une forte présence dans le pays. " Là-bas, nous avons aider à implanter et nous gérons actuellement le Centre Commercial Belas, le premier centre commercial dans la capitale Luanda, " explique le directeur de l'entreprise, Edison Rao. Le centre commercial Bahia a impliqué d'autres sociétés, comme Orient Filmes, qui a construit un cinéma à Belas.


Rezende considère aujourd'hui l'Afrique comme " un important pôle d'attraction des investissements étrangers . " "L'Angola, par exemple, a eu des taux de croissance supérieurs à 10% », observe-t-il . La firme est également intéressée parle Mozambique, l'un des pays membres de la Communauté des Pays de Langue Portugaise ( CPLP ). " C'est un pays qui se également fortement, avec l'implication d'entreprises brésiliennes, " dit-il.

Il affirme que Enashop étudie actuellement la possibilité de s'installer dans toirs pays pour faire y entreprendre. Odebrecht est une autre de Bahia qui a une forte présence en Afrique. Elle est actuellement présente en Angola, au Mozambique et en Guinée. En Angola, cela fait 29 ans en 2013 que la compagnie de construction y opère. Odebrech joue un rôle important dans la reconstruction du pays après la guerre civile qui a pris fin en 2002.


''Nous réalisons des travaux d'infrastructure dans les secteurs prioritaires comme l'énergie, l'eau, l'assainissement de base, les routes et les logements sociaux et nous investissons des capitaux en partenariat avec des entreprises angolaises ", indique Odebrecht par voie de presse. Actuellement, la société emploie 14 000 personnes et est donc le plus grand employeur privé du pays.

Au Mozambique , Odebrecht participe actuellement au projet de construction des installations de la mine de charbon de Moatize et dans les travaux en cours de construction de l'aéroport international de Nacala à Nampula. En Guinée, elle fournit des services à la compagnie minière australienne Rio Tinto.

Dans le domaine des communications, le photographe, publicitaire et producteur culturel Sergio Guerra est un autre entrepreneur basé à Bahia et qui opère en Angola est le photographe. Il est responsable de la communication du gouvernement central. La compagnie de construction EAS réalise elle aussi des travaux d'infrastructure dans des pays africains.

La foire commerciale est une opportunité pour les micro et les petites entreprises.
Organisée pour la première fois à Bahia, la deuxième édition de la Foire Afro-Ethnique du Commerce, de la Culture et de l'Art ( Feafro ) générer 2,5 milliards de dollars d'échanges commerciaux cette année, selon les attentes de la président de la Feafro, Silvana Saraiv . Elle indique que cette année, la Feafro mettra l'accent sur les micro et petites entreprises . Plusieurs hommes d'affaires et des fonctionnaires de 12 pays africains vont visiter la foire, qui se tiendra à Costa do Sauipe .

L'idée de cette foire est d'offrir une opportunité aux entreprises et organisations qui souhaitent renforcer leurs relations commerciales, culturelles et institutionnelles. Les principaux secteurs ayant un potentiel d'affaires sont les infrastructures, l'industrie, la technologie, la santé, l'agro-industrie, l'économie créative et l'énergie. Le salon se tenait du 21 au 23 Novembre.

Pour Silvana, le fait que Bahia ait une forte proximité culturelle avec l'Afrique, a un grand potentiel pour l'affinité commerciale. " Bahia peut être le grand moteur du Brésil pour cette relation d'affaires s'intensifie réellement. Quand l'africain vien au Brésil et qu'il se rend à Bahia, il se reconnait dans ce que Bahia fait  ", dit-il . " C'est un état dans le Brésil qui a une économie très active dans plusieurs domaines dans lequel l'Afrique compte : pétrole,  l'agriculture, construction civile. La culture africaine est très imprégnée dans toutes les les relations commerciales qui se produisent à Bahia " , ajoute-t-il.

D'autres informations peuvent être trouvées sur le site feafro.com.br. La première édition de Feafro s'est tenue à São Paulo et a généré environ US $ 1,3 milliard en entreprise dans différentes zones de production .

http://www.camacarifatosefotos.com.br/internacional/22029-desde-2003-transacoes-entre-bahia-e-africa-cresceram-192.html