2013-02-haiti

Faites une recherche rapide sur internet au sujet des cliniques mobiles en Haïti et vous aurez des milliers de résultats. J'ai parcouru les trois premières pages et les cliniques trouvés sont essentiellement exploitées par des associations caritatives confessionnelles américaines et quelques ONG médicales internationales telles que l' International Medical Corps, la Croix-Rouge et Médecins Sans Frontières .

Mais en dehors d'une clinique initiée par Sophia Martelly , il n'y avait aucune mention de cliniques mobiles dirigées par des haïtiens. Et ce n'est pas vrai uniquement pour les projets liés à la santé . Haïti est au centre du ''complexe industriel du sauveur blanc'', spécialement des organismes de bienfaisance confessionnelles des États-Unis . Je me suis toujours interrogé sur ces groupes religieux blancs qui n'ont aucun lien avec les Noirs dans leur propre pays , mais qui font des milliers de kilomètres pour ''sauver les Haïtiens de toutes sortes de misères '' !

 

En faisant des reportages sur la santé, l'éducation et le logement au cours des derniers mois, j'ai essayé de présenter un récit  différent sur Haïti - qui met les Haïtiens au centre, en tant qu'initiateurs, organisateurs et participants . J'ai pris une part active avec les personnes et les organisations sur lesquelles j'ai écrit . C'est ainsi que j'ai rencontré le Dr Theodore Rony Brown. J'étais malade , et Rea Do, mon hôte en Haïti, m'a présenté à lui. Nous avons parlé d'une clinique mobile dans le camp de Canaan qui a été établie par Rea. J'ai découvert que le Dr Brown avait lui-même mis en place deux cliniques dans un foyer pour personnes âgées avec des bénévoles.

 

Le Dr Brown est diplômé de l' Université Quisqueya Medical School dans la promotion de 2010. Il avait commencé ses études en médecine à reculons- sous la pression des parents . Il fut cependant l'un des plus performants de sa classe.

Il explique que c'était la raison principale qui a motivé sa décision de créer une mobilité des médecins et des infirmières haïtiens dans le cadre de Soli Medic Haïti - un projet médical totalement bénévole qui gère des cliniques de santé de proximité et communautaires à travers Haïti.

 

''J'ai eu beaucoup de chance de réussir mes examens sans problème'', explique le Dr Brown. ''Mais ce ne fut pas le cas pour beaucoup de mes amis, qui devaient les repasser, et se demandant comment ils allaient payer leurs frais de scolarité. C'est ce qui m'a fait me sentir béni, et j'ai décidé de donner en retour à ma communauté en offrant mes services à titre volontaire, en plus de mon travail officiel payé'' .

 

''J'ai initié une clinique mobile avec un ami à l'église de ma mère , parce qu'il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas payer pour consulter un médecin ou pour acheter des médicaments . Nous installons la clinique tous les deux mois et c'est toujours plein, avec des centaines de personnes . On finance en donnant 10% de notre salaire et nous sollicitons nos familles et nos amis pour nous soutenir''.

 

'' Avant ça, après le tremblement de terre [2010 ] , j'ai fait partie d' un groupe de 26 médecins et infirmières haïtiens qui sont allés à Corail , près d'Okay pour une clinique mobile de trois jours. Nous avions reçu une lettre d'un prêtre du coin disant qu'ils avaient besoin d'aide après le tremblement de terre , et nous avons donc parlé à un député local qui a accepté d'aider . Nous avons loué une voiture par nous mêmes, et ensuite nous avons établi trois cliniques mobiles dans la ville ''.

 

''une des autres clinique mobile dans lesquelles j'ai été impliqué se trouve à Limbe , près d'Okap à l'hôpital Saint -Jean. Ici, nous avons eu affaire à des accidents terribles de moto, parce que c'est le principal mode de voyage, mais les motos sont en mauvais état ''.

 

La semaine dernière, je me suis rendu à la maison des personnes âgées àd'Azil Communal pour livrer des produits médicaux et de soins personnels qu'un ami a fait venir des États-Unis. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, mais j'ai été impressionné par la propreté et l'organisation générale de la maison. Il y a 86 résidents - 45 femmes allant de la mi-soixantaine au plus âgé qui a plus de 100 ans. Même si les résidents et les patients sont bien soignés , le financement de la maison de la part du gouvernement local fait gravement défaut et ce n'est que grâce au dévouement du personnel salarié et les bénévoles comme Rea Dol , Marie Anise Flaurantin et le Dr Brown que les résidents reçoivent les soins nécessaires.

 

Le Dr Brown confirme :''Ils font du très bon travail à Azil communal , mais ils manquent de capacités et de ressources. Par exemple, les patients sont des personnes âgées , et beaucoup sont diabétiques , ou ont une pression artérielle élevée ou la tuberculose ou les trois en même temps parfois. Pourtant, tous les patients mangent la même nourriture . Il n'y a pas de financement pour les régimes alimentaires spéciaux selon la maladie. C'est très difficile comme situation, mais il n y a pas grand chose qui puisse être fait sans davantage de financement du gouvernement.''

 

''C'est un problème général en Haïti. Le gouvernement ne paie pas les médecins et les infirmières à temps. Parfois, dans les hôpitaux publics et les maisons comme Azil, le matériel est inssuffisant  ou il n y a pas de gaz pour la chirurgie. Mais ce n'est pas seulement le gouvernement qui est à blâmer. Les ONG étrangères viennent en Haïti avec des médicaments périmés et s'attendent à ce que nous soyons contents avec ça. C'est faux . Nous avons besoin de médicaments, mais pas de ceux rejettés par les américains'' .

 

Dr Theodore Rony Brown est le  chef praticiende nuits dans un hôpital privé à Pernier . Il est également médecin consultant à Kay La Sante à Delmas .

 

Photo_Ekine-240x300

Sokari Ekine http://newint.org/blog/2013/10/02/haiti-mobile-clinics/

Traduit de l'Anglais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com