Caracas, 31 Mai. AVN.- Le caractère idéologique et politique pris par la thématique de l'afrodescendance au Vénézuela a constitué une des principales réalisation de la communauté afrovénézuélienne, a soutenu le président de la Sous-commission des Garanties, des Devoirs et des Droits de la Comission des Peuples indigènes de l'Assemblée Nationale (AN), le député Modesto Ruiz Espinoza, dans le cadre de la célébration du Mois de l'Afrique au Vénézuela.

"C'est idéologique car il se crée un comportement autour de la vie, une vision sur ce groupe d'hommes et de femmes qui cherche à transcender la (vision) imposée par la culture hégémonique colonisatrice; et c'est politique, parce qu'il y a une 'histoire afro' avec pour protagonistes les  mouvements afrodescendants qui ont lutté, accompagné, et qui aujourd'hui sont protaonistes des luttes politiques antiimpérialistes de grande importance", a-t-il souligné dans une conversation avec AVN.

Pour Ruiz, le processus de revendication des communautés afrovénézuéliennes que l'on vit actuellement a connu une grande avacée, dufait de l'incorporation des peuples d'origine africaine dans la Constitution Bolivarienne de 1999, au même niveau de valeur et d'importance dans le  acervo culturel national.

"Dans ce processus de formation de ce que l'on appelle la venezolanité, reconnaitre constitutionnellement que nous sommes un peuple multiethnique et multiculturel a été le premier d'une série d'avancées en matière de dignification formelle de la composante afro et de celle indigène qui fut éludée de nos racines par imposition de l'européen dominateur'', a-t-il souligné.

Il a dans le même temps constaté que la tradition antiimpérialiste des peuples d'origines afrodescendantes dans la lutte politique vénézuélienne, si elle a été effectivement approfondie, comme le démontrent les plus de 26 rébellions d'africains et de leurs descendants esclavisés durant la première indépendance, n'a pas bénéficié de la divulgation nécessaire pour qu'elle soit connue publiquement .

"Quand on observe le fil historique politique vénézuélien, on note que les peuples idigènes, parce qu'ils sont originaires sur ces terres ont été les premiers à affronter les colonisateurs ; puis les rebéllions des africains et des afrodescendants contre le même empire espagnol ont suivi, une lutte qui a été consolidée par Bolívar, Miranda et tous les libertadors", a-t-il précisé en signalant que les contributions indigènes et afrodescendantes sont celles qui bénéficient d'une moindre apparition dans les registres historiographiques.

En tant que législateur, Ruiz a décrit une série de conquêtes légales des peuples afrodescendants, réalisées au cours de la révolution bolivarienne, et qui ont contribué à surmonter la discrimination juridique contre la composante afrodescendante, qui a réussi à s'incruster dans la pratique législative vénézuélienne au cours des 40 années du puntofijisme.

Parmi ces conquêtes il mentionne la réforme de la Loi de la Jeunesse, la Loi de Défense Publique, la Loi Organique de l'Éducation; la création de la Sous-Commission des peuples afrodescendants, la création de la Loi contre la Discrimination Raciale; ainsi que le décret grâce auquel chaque 10 mai on célèbre la journée de l'Afrovénézolanité afin de commémorer le soulèvement mené en mai 1795 par le grand José Leonardo Chirino dans la Sierra de Falcón.

"Actuellement, nous sommes en train d'essayer d'incorporer la thématique dans la Loi Organique de la Culture qui est en ce moment débattue au niveau national, et nous travaillons aussi à la création du Vice-Ministère de la femmeafrodescendante rattaché au Ministère de la Femme", a annoncé  Ruiz.

La réussite la plus récente a été la création l'an dernier de la Commission Nationale des Communautés Afrodescendantes (Conadecafro), rattachée au Cabinet Présidentiel et de l'Institut Contre la Discrimination Raciale (Incodir), prévu dans la Loi Organique contre la Discrimination Raciale, "en plus de la pénalisation de ceux qui violent les droits des personnes à cause de leurs origines ethnique, social ou géographique contenues dans cette loi, nous croyons qu'il est nécessaire d'encourager des mesures positives qui éduquent les familles et les enfants dans les écoles sur cette thématique pour résoudre le problème du racisme et de la xénophobie", expresó.

Selon lui, la discrimination raciale réponds aux différentes formes de limitation, de maltraitance et de violence envers une personne à cause de ses caractéristiques ethnique et raciales, et il  insiste sur le fait que cette forme de violation des droits humains est devenue si commune que parfois elle passe inaperçue.

"Du moment que je n'apparais pas comme culture afrodescendante dans les programmes éducatifs, dans les lois, que je ne me vois pas dans les médias, je suis en train d'être discriminé par omission ", a-t-il affirmé en attirant l'attention sur le fait que dans le Recensement National  2011, réalisé par l'Institut National de la Statistique  (INE) "quand on additionne les catégories  'Moreno', 'Negro' et 'Afrodescendiente', les chiffres nous disent que 55,2% de la population est afro".

Cependant, il relève le caractère révélateur de ce Recensement, qui reflète que seul 0,7% de la population vénézuélienne se reconnait afrodescendante, et il attribue cela au fait qu'il y a encore beaucoup à faire en matière d'information et de pédagogie pour que cette population puisse assumer son identité afrodescendante et cesse de grossir les rangs des populations vulnérables du pays.

Être afrodescendant

"Le terme afrodescendant implique la reconnaissance d'une identité. Nous pouvons dire que l'espèce humaine est métisse, oui, mais s'identifier comme descendant du groupe ethnique africain signifie que l'on fait partie d'une culture", explique Ruiz, qui se définit comme un afrodéputé.

Il a ajoute , "si vous voyez mon teint foncé et que vous m'appelez noir, vous ne me reliez pas à mes ancêtres africains, car il n y a aucun peuple originaire en Afrique qui s'appelle noir; mais, si vous m'appellez afrodescendant, c'est correct, car là il y aurait effectivement une référence à la culture africaine de laquelle je proviens, à travers les africains esclavisés qui furent amenés sur ces terres à l'époque de la colonie".

En matière de droits politiques, Ruiz a mis en avant l'inclusion dans les statuts du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV) des peuples indo-afroaméricains, comme sujets politiques protagonistes des changements initiés à l'époque de l'indépendance et repris par la Révolution Bolivarienne.

"C'est le premier parti politique vénézuélien qui reconnait nos luttes, dans le Livre Rouge dans lequel reposent ses postulats fondamentaux, il a intégré l'héritage politque afrodescendant de la Nation et en cela, il réussit à rompre avec le modèle eurocentrique de la politique traditionnelle", a-t-il souligné.

Le député affirme que les variables ethnopolitiques seront déterminantes dans les affaires publiques de la Nation au cours du 21ème siècle, et il donne comme exemple de sa proposition les expressions d'amour du peuple au Comandante Hugo Chávez, un leader d'origine paysanne qui s'est lui même reconnu comme indigène et afrovénézuélien, et a gouverné directement avec les gens, dans la rue, en transformant les schémas des lidearships politiques nationaux et mondiaux.

"Le Président Nicolás Maduro l'a compris et c'est pour cela que lle Gouvernement de Rue a été une telle réussite, par lequel il assume les affaires publiques avec le peuple comme co-participant ", a-t-il noté en ajoutant que Maduro est pleinement identifié par les communautés afrovénézuéliennes dans de nombreux aspects car c'est précisément durant sa gestion comme  président de l'Assemblée Nationale en 2005, que fut approuvée la Journée de l'Afrovénezolanité et le mois de l'Afrique au Vénézuela.

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com.  

 

Diputado Modesto Ruiz: "El tema afrodescendiente es de carácter ideológico y político" | AVN