MTI/ Texcoco Mass Media/Ernesto Carranco Solis
Publiée le 7 Mai 2013

Reclaman reconocimiento Constitucional y legal de los derechos de los pueblos afromexicanos. ARCHIVO UAM / TEXCOCO PRESS

Tula de Allende, Hidalgo.- (Texcoco Press).- Ceux qui gouvernent ne savent pas combien de personnes appartiennent aux peuples afrodescendants du Mexique ni où ils sont et nous voulons de la visibilité pour obtenir dans l'immédiat la reconnaissance constitutionnel, a affirmé Néstor Ruiz, représentant des organisations sociales des états de Guerrero et de Oaxaca.

Lors du Forum: Los Pueblos Afromexicanos. La lucha actual por su reconocimiento (Les Peuples Afromexicains.La lutte actuelle pour leur reconnaissance ) qui s'est tenu à l'Université Autonome Métropolitaine Unité Iztapalapa (UAM-I), un appel a été lancé pour que la réforme actuellement en étude au Congrès de Oaxaca au sujet de leur reconnaissance avance positivement.

La plus grande partie de la population afrométisse se trouve à Guerrero, Oaxaca, Chiapas et à Veracruz; ils se consacrent à l'agriculture et à l'élevage, mais ils ne bénéficient d'aucune assistance technique ni de soutien financier pour le développement des projets.

À l'ouverture de la rencontre, le docteur Javier Velázquez Moctezuma, le recteur de l'UAM-I a soutenu que ce forum est d'une grande importance pour l'université, puisque l'un de ses principaux objectifs est de trouver des solutions aux problématiques auxquelles la société fait face en plus de générer des connaissances et de faire de la recherche. La reconnaissance des peuples afromexicains doit être résolue en urgence, et il est pour cela nécessaire de “se regarder dans le miroir ” en tant que nation, pour apprécier leur culture et obtenir l'acceptation et l'harmonie.

Durant son intervention, Ricardo Bucio Mújica, Président du Conseil National de la Pévention de la Discrimination (Conapred), a souligné l'importance que revêt la participation et le   développement de politiques publiques par l'État mexicain pour prévenir et éliminer la discrimination contre la  population  afrodescendante au Mexique.

Il a souligné qu'il est nécessaire qu'il soit garanti que toutes les institutions, y compris éducatives, appliquent les politiques nécessaires pour qu'il y ait à la fois une reconnaissance statistique – par le biais du prochain recensement national de population et des ménages—, culturel du patrimoine historique et constitutionnel des populations afrodescendantes au Mexique, pour que puisse se concrétiser une société de droits comme l'a clairement signalé le président de la République, Enrique Peña Nieto.

Pour sa part, l'enseignante Patricia Chemor Ruíz, Secrétaire Générale du Conseil National de la Population (Conapo), a reconu qu'il nexiste aucune information statistique  détaillée sur les populations aformexicaines, à cause des phénomènes comme la migration, puisque de nombreux afrodescendants se sont déplacés vers différents pôles de développement.

 Elle indique qu'à cela s'ajoute le fait que les recensements de population effectués au pays ne comprenaient aucune question spécifique pour identifier et comptabiliser les personnes afrométisses, ce qui explique que, en plus de rendre plus difficile leur localisation géographique, on ne dispose d'aucun plan ni de politiques publiques en leur faveur ; même si du point de vue de la dépendance, on travaille sur l'obtention d'information plus détaillé sur les populations.

Le professeur Pedro Pablo Villanueva, représentant du Fonds des Nations Unies pour la Population est dans un processus d'élaboration de son programme de collaboration avec le Mexique 2014-2018 et a manifesté sa confiance à l'implication des universitaires pour contribuer dans des thématiques comme la génération, la systématisation et l'application de l'information sociodémographique pour la formulation de politiques publiques.

Parmi les lignes de travail de l'organisme, on retrouve le développement de programmes communautaires en santé sexuelle et reproductive pour les jeunes, la prévention de la violence de genre et la promotion du dialogue politique avec les instances gouvernamentales et législatives pour la reconnaissance des droits et des besoins des peuples afromexicains. 

En plus de l'assistance des membres des communautés afrodescendantes en provenance de la Costa Chica, des représentants des gouvernements de Guerrero, de Oaxaca et de Veracruz, ainsi que l'ambassade d'Haiti.

© Alianzatex 2013

 Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

AlianzaTex - Noticias Locales y Mundiales de Actualidad - Texcoco