Les représentants des communautés garífunas de Livingston, Izabal, se sont réunis avec le président (du Guatemala) Otto Pérez Molina auquel ils ont demandé son intervention pour résoudre les problèmes qui affectent ce segment de la population.

PAR SERGIO MORALES

VILLE DE GUATEMALA - Parmi les points les plus importants soulevés lors de la réunion, il y a eu le droit à la possession de la terre et l'inclusion dans les institutions du Gouvernement.

Mario Ellington, de la comunidad garífuna. hugo navarro 

“ En tant que peuple garífuna, nous avons perdu certaines terres à cause de la pression territoriale qui existe dans notre région, des terres très prisées pour le tourisme et 'cest précieux”, a indiqué Mario Ellington, le représentant du collectif.

Cependant èa la question de savoir quelle est la proportion du territoire perdu, la population garífuna n'a aucun chiffre précis . “Il y a des familles qui ont perdu leurs terres et ont des problèmes d'enregistrement. Si nous négligeons cete problématique, elle prendra de l'ampleur et s'aggravera”, ajoute-t-il.

Selon Mario Ellington, la Commission du Dialogue Permanent fera le suivi des points abordés à travers une table de travail.

La réunion s'est tenue à l'occasion des 216 années de l'arrivée des premiers garífunas au Guatemala qui se sont établis au Nord-Est du Guatemala, et dont la célébration a eu lieu le 12 avril dernier.