En el mes de la Herencia Africana Alí Moussa llega a Bogotá
Photo: turismoculturaun.org.ar

 

Au mois de mai, pour célébrer le mois de l'Héritage Africain, le Ministère de la Culture fait venir au pays (Colombie) la Route de l'Esclave, le projet  de l'Unesco qui étudie la diaspora africaine et l'histoire de l'esclavage pour contribuer à la compréhension et à l'abolition de la ségrégation raciale. Huit universitaires visiteront plus de 20 villes du pays. Ce lundi, Alí Moussa Iye, chef de la Section histoire et mémoire pour le dialogue de l'Unesco à Paris sera à Bogotá.
Le projet de la Route de l'Esclave a été lancé officiellement en 1994 sur proposition d'Haïti et des pays africains en vue de maintenir en vie la mémoire du commerce négrier, pour ainsi contribuer à l'établissement d'une culture de la tolérance et de la paix entre les cultures, par le biais de l'identification, de la restauration et de la promotion de lieux  de mémoire de la traite des esclaves et de l'esclavage.

Les spécialistes qui viendront en Colombie se réuniront avec des universitaires et des chercheurs nationaux et locaux durant des journées spéciales et présenteront différents ateliers.

Le premier à inaugurer cet agenda sera Alí Moussa, le chef de la Section histoire et mémoire pour le dialogue de l'UNESCO à Paris, qui est né à  Djibouti, un petit pays de l'est de l'Afrique limitrophe de l'Érthrée, l'Éthiopie et de la Somalie.

Pour Alí Moussa, le premier objectif de la Route de l'Esclave est de dimensionner dans toute son ampleur  l'obscur épisode que signifia la traite des esclaves dans l'histoire de l'humanité : “Cette immense tragédie encore occultée. ses causes profondes, ses modalités et ses conséquences, n'ont toujours pas trouvé dans l'histoire la place qui leur correspond”, a indiqué Moussa dans une interview publiée à la page de la Chaire Unesco Tourisme Culturel de l'Université Nationale de Tres de Febrero. 

“Paradoxalement”, ajoute-t-il “le choc brutal que signifia le fait pour les africains, les amérindiens et les européens de se retrouver en Amérique du Nord et du Sud et dans les Caraïbes a généré un riche dialogue culturel et a suscité de nouvelles formes de culture, même si il a surtout signifié une violence et une douleur extrêmes”.

Pour évoquer cette rencontre et cette richesse des Amériques et de la Caraibes, Ali Moussa se réunira ce lundi en soirée avec les responsables des des thématiques afrodescendantes au niveau national et les déléguées des affaires ethniques des 11 districts départementaux à la Bibliothèque Nationale.

Le mercredi 1er mai,  Moussa offira un atelier à Cali, le jeudi 2 à Cartagena et le vendredi 3 mai à Palenque. Ne ratez pas l'occasion écouter l'un des plus importants porte-paroles de la Route de l'Esclave et et d'en savoir davantage .
Pour plus d'informations
Carolina Mila
Oficina de Prensa Ministerio de Cultura
3424100 Ext 1253
cmila@mincultura.gov.co
http://www.mincultura.gov.co/?idcategoria=52249