ivan pabon 

Quand les gens quittent ce monde, c'est comme si certaines choses, bonnes et dautres mauvaises se révèlent. Plus de huit jours (le 15 mars) après la mort de du président vénézuélien Hugo Rafael Chávez Frías, de nombreuses informations ont été publiées, et peut-être que nous ne conniaissions pas certaines d'entre elles, ou peut-être que nous n'y prêtions pas attention. 

Dans toute l'information diffusée en grande quantité au cours de ces derniers jours après sa mort, il y a le documentaire intitulé “Los sueños llegan como la lluvia” (Les rêves arrivent comme la pluie) dans lequel Chávez lui même, en faisant allusion à ses parents dit textuellement : “Mon père a été un homme très énergique durant toute sa vie, et je l'admirais et je l'admire énormément en tant que mon père. Il est afrodescendant, noir. Ma mère catira, catira peau jaune, llanera de naissance et par son éducation, comme on dit”.

Je souhaite relever le moment où il dit que son père est  “afrodescendant, noir”; Cette auto-reconnaissance me parait intéressante, car elle révèle à la société sa descendance africaine, quelque chose qu'il n'a jamais nié et qui d'une certaine manière a permis à la population afrovénézuélienne de le soutenir durant une des périodes les plus critiques de son second mandat ; je veux parler ici  du “coup d'état manqué” d'avril 2002.

Je me souviens très clairement que durant ces jours, nous nous trouvions à une Rencontre Internationale d'Afrodescendants Latinoaméricains qui se tenait dans la ville de Quito (Équateur) et le représentant du Vénézuela communiquait constamment avec les organisations de base et les encourageait à soutenir le Président; tandis que au niveau mondial, les médias soulignaient , bien évidemment les aspects négatifs du gouvernement de Chávez, qui en avait assurément.

 

De toute manière, ce que je voulais faire ressortir, c'est l'afrodescendance de Chávez ainsi que la manière dont cette réalité a profité au peuple afrovénézuélien et bien évidement permis que ce peuple soutienne le Président; même si aussi, il est certain que s'il n y avait pas eu un groupe de commando pour le libérer, personne ne connait le destin qu'aurait connu le  Venezuela. Paix dans sa tombe à Hugo Chávez et courage aux afrodescendants dans n'importe quel pays où nous nous trouvons; il est démontré que nous aussi capables d'être présidents que toute autre personne ou citoyen du monde, il y a l'exemple de Barack Obama qui a été réélu aux États-Unis; nous devons juste le revendiquer et nous préparer. 

 

Iván Pabón
     Paboni2005@yahoo.es

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

http://www.elnorte.ec/opinion/editorialistas/33789-la-afrodescendencia-de-ch%C3%A1vez.html