Redacción: redaccion@laprensa.hn

La nouvelle génération ne pratique pas ce métier ancestral. Les centres techniques ont besoin d'appui.

Artesanos-garifunas-de-Honduras_480_311

La Ceiba, Honduras -L'élaboration de tambours de diverses dimensions et d'autres produits garífunas est un héritage qui a été conservé depuis plus de 17 ans par une petite famille de cette ethnie dans la communauté de Sambo Creek.

L'élaboration des produits artisanaux comme source de travail est en train de disparaitre dans de nombreuuses communautés afrodescendantes.

La micro-entreprise familiale Artesanías Garífunas Dadí sert également d'école en vue de promouvoir ce métier, qui commence à intéresser les jeunes.

Ce qu'il y a de bien c'est que nous avons beaucoup de jeunes qui s'intéressent à l'apprentissage de ce travail, mais, malheureusement, les conditions matérielles pouvant permettre de faire face à cet intérêt n'existent pas”, explique Luis Enrique García, coordonnateur de la petite entreprise.

Dans cette communauté garífuna, le bois est modifié de manière rudimentaire. Des mains artisanes transforment les morceaux les plus grossiers jusqu'à l'obtention de la forme d'un tambour.

Une humble demeure en bois sur la plage a été transformée par ce groupe d'artisans en lieu de travail et d'apprentissage.

“Ce métier est en train de se perdre. C'est une situation inquiétante et il est important que l'on jette un regard sur cette situation ”, indique le leader garífuna.

Il devient de plus en plus difficile de se procurer les outils et les matériaux utilisés pour fabriquer les tambours et d'autres articles .

Les outils et les matériaux commencent à manquer. On ne les trouve plus sur le marché. Nous avons ceux que nous avons parce que les anciens nous les ont laissés ”, explique-t-il.

Pour fabirquer un tambour, le travail est compliqué car il s'effectue artisanalement, “il faut creuser les morceaux de bois pour pouvoir leur donner la forme du tambour”.

En plus des tambours, ici on fabrique également des râpes, des passoires, des mortiers à piler, les manches des haches et des décorations en bois. Certains de ces produits sont expédiés aux États-Unis.


Cette maison est la seule qui reste dans cette communauté pour la promotion de l'artisanat garífuna.

Si nous avions l'appui du Gouvernement, ce projet bénéficierait à tous les jeunes, et le manque d'espaces est déjà un obstacle. Malgré notre volonté, c'est difficile à cause des contraintes”, dit-il. Sept membres de la même famille travaillent dans cette entreprise familiale. Du plus petit au plus grand apprennent le métier.

Artesanos-garifunas-de-Honduras_480_41

 Se procurer le bois,  les lianes et le cuir est plus difficle parce qu'ils doivent se déplacer ailleurs pour acquérir ce matériel et parfois, il en manque. Une réalité difficle pour les artisans.

Traduit de l’espagnol par Guy Everard Mbarga  http://guyzoducamer.afrikblog.com/

 

http://www.laprensa.hn/Secciones-Principales/Honduras/La-Ceiba/Artesanos-garifunas-se-resisten-a-desaparecer#.UPMjJOSZR2A