rose-hudson-wilkin-_151006k

L'aumônière de la Reine Elizabeth II, le révérend Rose Hudson-Wilkin, pressentie pour devenir l'une des premières femmes évêque de Grande-Bretagne  a affirmé samedi dernier que l'Eglise d'Angleterre est aux prises avec un "racisme institutionnel", rapporte l'Agence France Presse.

 Hudson-Wilkin qui est d'origine jamaïcaine et aumônière de la monarque en plus d'être membre de la Chambre basse du parlement (Chambre des communes), a déclaré au journal The Times qu'elle avait été victime de racisme dans son ministère.

Le deuxième plus haut dignitaire de l'Église, John Sentamu, archevêque d'York, est d'origine ougandaise.

Mais Hudson-Wilkin se demande pourquoi il n'y a pas davantage de gens issus des minorités ethniques dans des rôles de leadership au sein de l'église d'État de l'Angleterre.

''Il existe encore un élément de racisme qui coule dans les veines des gens'', affirme la dame d e51 ans au sujet da la Grande-Bretagne.

"J'ai eu des gens qui ne voulaient pas que je fasse un enterrement. Je souris parce que c'est leur totale ignorance, je suis désolé pour eux. Je sais que ce n'est pas moi le problème, ce sont eux."

Elle est inquiète du sentiment de préjugés dans la hiérarchie de l'Eglise en Angleterre.

Seuls 15 des 467 membres du synode général, l'instance faitière de l'Église, sont noirs ou du Sud asiatique.

 

''On doit se demander pourquoi il n'ya pas plus de personnes issues des minorités ethniques dans leadership au sein de l'Eglise", déclaré la mère de trois enfants.

"Nous avons encouragé les gens à se lever et les gens se sont mis en avant et n'ont pas été élus. Je pense qu'il ya un niveau de racisme autour de cela."

Hudson-Wilkin, également Vicaire à Hackney, dans l'est de Londres, s'est également manifesté pour le Synode il ya quelques années, mais n'a pas été élue.

"Il ne leur est pas venu à l'idée de s'assurer que l'un des prêtres élus doive provenir d'une minorité ethnique - même ceux qui se lèvent dimanche après dimanche, devant une congrégation majoritairement noire'', dit-elle.

''Je ne fais pas partie de ceux qui soulèvent des pierres pour chercher le racisme.Mais cela m'a secoué parce que je me suis dit, 'Mon Dieu, c'est comme si nous n'existions pas''. 

Cela m'a très clairement fait comprendre qu'ils s'en foutent pas mal des congrégations qu'ils servent. L'Eglise, même si elle a fait beaucoup avancé, continue à se battre contre le racisme institutionnel''.

Le Synode général n'est pas parvenu à adopter une loi le mois dernier qui aurait permis à des femmes de devenir évêques. Hudson-Wilkin, qui est arrivée en Grande-Bretagne en 1985, était pressentie pour devenir l'une des premières.

"C'est fou toute cette histoire de femmes évêques chose est fou'', dit-elle.

''Je voudrais voir l'église prendre le courage de ses convictions et dire:'' Nous allons avoir des femmes évêques, point final. "

traduit de l'Anglais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/

http://www.rawstory.com/rs/2012/12/22/queens-chaplain-says-church-of-england-has-racism-problem/