Buenos Aires, 8 de noviembre (Télam).- Le 8 novembre pourrait être déclaré Journée Nationale des Afroargentins et de la Culture Afro (Día Nacional de los Afroargentinos y de la Cultura Afro ) si le Congrès approuve un projet de loi allant dans ce sens et qui est impulsé par les députés nationaux et des personnalités des organisations Afro en Argentine.

 


Aguila_2011_2_3

Il s'agit d'un projet élaboré, entre autres, par le député national Horacio Pietragalla, du Frente para la Victoria (-Front pour la Victoire FpV), et qui est soutenu par d'autres législateurs appartenant de ce caucus.


L'initiative bénéficie déjà de l'ais des commissions de la Culture, de l'Éducation et de la Législation Générale de la Chambre des Députés et les députés et les organisations afro ont l'intention de faire débattre du projet lors des prochaines sessions, avant la fin de la période des sessionsordinaires.


La proposition a pour but de  "revendiquer la visibilité, l'égalité et l'équit de la communauté afro dans notre pays, et de souligner la non discrimination et la lutte contre le racisme ''.


La date du 8 novembre a été choisie par les organisations pour commémorer la mort de María Remedios del Valle, "la mère de la patrie (madre de la patria)" qui a combattu en tant que capitaine dans les troupes commandées par le général Manuel Belgrano.


Dans le cadre de la présentation, le dirigeant de l'Inadi, Pedro Mouratián, a souligné  "la contribution des afrodescendants à la construction de la souveraineté " et a indiqué que le projet  "mérite le soutien de l'organis,e, car il est lé à un acte de justice".


"Nous les afrodescendants, sommes entrés au Congrès de la Nation", a affirmé Carlos Alvarez, de Agrupación Xangô, un de ceux ayant développé l'initiative, et qui insiste sur la nécessité de revendiquer  "la présence historique des afrodescendants".


"Grâce à ce projet, nous entamons un processus de reconnaissance", indique Alvarez.


Lors de la rencontre était également présent le représentant du Conseil Consultatif de la Société Civile de la Chancellerie, Oscar Laborde, qui a soutenu que  "il s'était agi de nous raconter une autre histoire qui n'était pas vraie sur les afrodescendants, pour nous faire croire que nous n'étions que les enfants d'immigrants européens ".


Selon les fondements, "la contribution et la présence des afrodescendants a été historiquement invisibilisée et niée par le récit de l'histoire imposé par les classes dominantes et les élites académiques ".


Dans le projet, il est proposé au Ministère de l'Éducation et au Secrétariat de la Culture de la nation d'incorporer la commémoration de ladite journée et la promotion de la culture afrodescendante dans les contenus du programme scolaire du système éducatif, dans ses différents niveaux et modalités.


Ont également pris part à la conférence les représentants des organisations d'afrodescenants comme Movimiento Afrocultural (Mouvement Afrocultural) , les associations des Amis des Îles du Cap-Vert (Amigos de las Islas Cabo Verde), Xangô et ONIRA, les Jeunes Argentins Capverdiens (Jóvenes Argentinos Caboverdianos) et des personnalités afroargentines de différentes provinces.


La capitaine del Valle, également appellée  "la colonelle noire (Coronela negra) ", a participé avec son époux et ses enfants à la Révolution de Mai avant d'intégrer l'Armée du Nord dans laquelle elle a combattu avec Belgrano lors des batailles de Salta, Vilcapugio et Ayohuma.


Son comportement et son courage ont amené Belgrano à la désigner "capitaine de l'Armée".


"La madre de la Patria (La mère de la Patrie)", comme l'appellaient les soldats mourut en 1847,un 8 novembre, date que l'on propose désormais comme la Journée des Afroargentins . (Télam)
msa-cdc-aem-mag

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

http://www.elcomercial.com.ar/index.php?option=com_telam&view=deauno&idnota=251094&Itemid=116