Solange Knowles le fait. Raven Symone le fait. Alicia Keys, Viola Davis, Heather Headley, Lil Mama, Tracee Ellis Ross, Nicole Ari Parker... la liste des femmes noires célèbres ayant embrassé leurs cheveux naturels s'allonge chaque jour.

Et ici, à Trinité-et-Tobago et dans la diaspora, des femmes ordinaires - étudiantes, femmes au foyer et professionnelles d'entreprise-jettent leurs kits de défrisage et les peignes chauffants et apprennent à coiffer et à prendre soin des cheveux qui poussent sur leurs têtes, pour des raisons différentes.

 

  

Les membres d'un groupe sur Facebook portant le nom de Caribbean People With Natural Hair en ont beaucoup à dire sur les raisons qui les ont amené à supprimer défrisants chimiques.

"J'en avais marre des brûlures" des défrisants, indique Leeanne. "Puis il y a eu la perte de temps au salon. En plus j'ai une photo de moi à environ sept ou huit ans avec mes cheveux coiffé en deux grands chignons. J'ai adoré cela, et j'ai ressenti un manque, et ça m'a motivé à revenir au naturel. "

Marielle a émigré aux États-Unis pour obtenir un doctorat et ne pouvait pas se permettre d'aller dans un salon de coiffure tous les deux mois avec son budget d'étudiante. Elle a essayé de se défriser par elle même, jusqu'à ce qu'une catastrophe la frappe. "Ma colocatrice chinoise était en train de m'enquiquiner pour quelque chose pendant que je défrisais mes cheveux et n'arrivait pas à comprendre pourquoi je ne pouvais pas faire une pause en plein dedans pour la satisfaire. Un côté de mes cheveux a fini par tomber complètement! "Après avoir tressé ses cheveux pendant quelques mois, Barrow a commencé à les porter en Afro et en twist et n'est plus revenue en arrière.

 

Pour Sheffern, l'explicaiton est davantage d'orde identitaire : ''Mes cheveux avaient été défrisé à partir de mes sept ans jusqu'en 2010. J'ai reçu de nombreux commentaires négatifs de personnes autour de moi qui voulaient savoir pourquoi je couperais mes ' beaux longs cheveux défrisés'. Ma philosophie c'était que je quittais l'Europe et je rentrais en Afrique. Ce sont les cheveux avec lesquels je suis née." Le terme " retourner au naturel ''est propre aux femmes noires pour un certain nombre de raisons.

Les cheveux noirs sont généralement beaucoup plus bouclés, plus crépus et plus frisés que les types de cheveux caucasiens, asiatiques ou indiens, ils sont aussi beaucoup plus fragiles. Lorsque les Africains ont été réduits en esclavage, ils ont été forcés d'abandonner non seulement leur liberté, leurs religions, leurs familles et leurs foyers, mais furent aussi contraints de couvrir leurs cheveux avec des perruques s'ils servaient comme esclaves de maison, ou avec un chiffon s'ils travaillaient dans les champs. Finalement, les femmes noires ont commencé à percevoir leurs propres cheveux comme étant mauvais à cause du conditionnement racial et se sont mises à se défriser à chaud pour les faire ressembler davantage aux cheveux caucasiens.

Les défrisants ont rendu le processus de lissage plus facile et plus durable.

Avance rapide au 21ème siècle, alors que défriser ses cheveux chez les femmes noires est considéré comme un rite de passage, un signal que vous avez grandi. Les femmes professionnelles n'osaient pas porter leurs cheveux crépus, les femmes adultes n'avaient aucune idée de la façon de peigner ou de coiffer les cheveux de leurs filles. Mais les choses sont véritablement en train de changer.
 
Une révolution


''C'est une révolution. Les Noirs sont vraiment fiers de leur cheveux'', affirme Allison Goddard.

 Elle est la propriétaire de Body Beautiful sur D Avenue, un magasin de produits de beauté qui traite exclusivement les cheveux naturels et offrent des soins du corps.

 De nombreux clients de Goddart, une ancienne professionnelle d'entreprises ont des emplois et des styles de vie de haut standard, mais ont fait le saut vers le naturel. "Et les produits dont nous disposons actuellement facilitent aux femmes le passage vers le naturel tout en gardant une allure professionelle."

Le documentaire avant-gardiste Good Hair de Chris Rock a démontré que non seulement l'industrie capillaire noir engloutit des tonnes d'argent de la communauté africaine-américaine, mais également que les produits chimiques qui sont utilisés peuvent être véritablement dommageables pour ces femmes.

Goddard est particulièrement sensible à cette problématique. Sa boutique se spécialise dans les produits dépourvus d'éléments chimiques contrairement aux parabènes, aux sulfates, et aux huiles minérales qui sont présents comme ingrédients dans des centaines de produits de soins capillaires destinés au plus grand public.

Il a été démontré que les sulfates et les huiles minérales causent une sécheresse excessive des cheveux et de la peau, ce qui peut constituer une sentence de mort pour les cheveux des femmes noires, qui sont déjà sujets à la sécheresse et à la cassure. Mais les parabènes peuvent être encore plus meurtriers.

 "Votre corps lit  les parabènes comme de l'œstrogène, et cela peut vous causer des risques supplémentaires de cancers qui sont sensibles aux oestrogènes, comme le cancer du sein'', explique Goddard.

 ''Beaucoup de gens ont besoin d'être éduqués sur la bonne façon de traiter nos cheveux et doivent lire les étiquettes, car on met beaucoup de choses dans les cheveux qui ne sont pas bons pour eux."

 
D'autres 'naturelles' pensent au retour au naturel comme mode de vie. Ruth Abrams est une psychologue Surinamaise, qui travaille à Trinidad depuis sept ans. Elle n'a jamais mis de produits chimiques sur ses cheveux, mais lorsqu'elle elle a déménagé ici et a commencé à fréquenter des coiffeurs qui prétendaient pouvoir s'occuper de ses épaisses et longues tresses, elle a constaté que beaucoup d'entre eux ne savaient pas que les cheveux crépus avaient besoin d'être peigné avec douceur. Plusieurs coiffeuses ont essayé de la convaincre de les laisser ''adoucir" ses cheveux à chaud ou avec des produits chimiques.

 Abrams ne voulait ni l'un ni l'autre, donc elle s'occupe elle même de ses cheveux avec un savon liquide biologique et de l'huile de ricin pure. Elle organise actuellement une série d'ateliers sur la façon de prendre soin des cheveux naturels appellée Natural Hair 101, prévu du 21 au 23 Octobre 2012, à Saint-Clair, Port-of-Spain. L'animatrice de l'atelier,  Dominique Snip, est propriétaire de Sheado, une ligne de produits capillaires bio à base de beurre de karité. Les frais d'inscription sont de 75 $; Abrams dit qu'elle n'organise pas cet atelier pour  l'argent. ''Ce n'est pas une entreprise pour gagner de l'argent, mais en tant que psychologue, mon intérêt va pour le bien-être holistique des gens. Nous sommes plusieurs générations après l'esclavage et il y a encore beaucoup de Noirs qui pensent que leurs cheveux sont durs, qu'ils sont ingérables'', explique Abrams. "Vos cheveux sont gérables. Tout ce que Dieu vous a donné est gérable et bon. "

 
Les femmes et les femmes noires en particulier dépensent énormément d'argent pour leurs cheveux. Il est donc normal que l'industrie des soins de cheveux naturels émerge dans cet environnement d'ouverture et de connaissances au sujet des cheveux naturels noirs. Lisa Martin est la co-propriétaire de Valrosa Ltd, un autre magasin de beauté situé à Port-of-Spain qui s'adresse aux femmes ayant des cheveux naturels crépus. "L'objectif n'a jamais été qu'il devienne un magasin de cheveux crépus naturels; les choses ont juste évoluées dans ce sens'', explique-t-elle. Elle et sa soeur ont commencé en tant que distributrices pour une ligne de soins capillaires pour les cheveux défrisés. Quand cela n'a pas fonctionné, elles ont commencé à distribuer Mixed Chicks, une ligne internationale de produits de soins capillaires pour les femmes ayant des cheveux crépus. En tant que naturelles débutantes, elles avaient essayé la ligne elles-mêmes et l'ont adoré. '' Et alors que le business prenait de l'ampleur, nous avons décidé d'ouvrir un magasin.''

Mais les gens avec des cheveux plus crépus n'arrêtaient pas de nous demander: ''Qu'en est-il pour notre texture de cheveux?" Actuellement,  Martin et sa sœur offrent des marques sans produits chimiques telles que Uncle Funky’s Daughter, spécialement formulé pour les types de cheveux frisés et crépus. Elles organisent des démonstrations de coiffures de cheveux avec des clientes potentielles. Et la demande de produits pour les soins capillaires de cheveux naturels est en constante augmentation. "Je ne deveindrai pas millionnaire demain. Mais il y a à coup sûr une tendance croissante en faveur des cheveux naturels'', déclare M. Martin. ''Certaines personnes viennent ici quotidiennement. Tellement de personnes sont en train de faire la transition (des cheveux défrisés vers les cheveux naturels), les gens viennent avec leurs enfants ici quand ils n'arrivent pas à bien s'occuper de leurs cheveux. Je dirais que les affaires sont prometteuses. "
 
Goddard est d'accord. ''J'ai commencé ma boutique avec trois lignes de produits, maintenant j'en ai environ 12", explique-t-elle. Avec des marques comme Kinky Curly et et Jamaican Black Castor Oil, le magasin de Goddard est devenu une sorte de Mecque pour les femmes soucieuses d'apprendre à coiffer leurs cheveux. Elle parle même d'ouvrir un salon à l'arrière de sa boutique. "Je suis sur le point de passer à l'étape supérieure en affaires en commençant à fournir les coiffeurs." Et certaines femmes du coin s'essayent même dans la fabrication de leurs propres produits pour leurs cheveux.

 Grâce à des bloggeuses spécialisées dans les cheveux naturels comme KimmayTube et Naptural85, le mélange des élixirs maison avec des ingrédients comme le beurre de karité, le yaourt grec et des huiles organiques pures est la nouvelle tendance. Et une femme va encore plus loin.  Nolana Lynch qui est âgée de 24 ans est propriétaire de Eco-Truffles Lavish Body Treats, une ligne de produits naturels et Bio pour les cheveux et le corps. Après être retournée elle même aux cheveux naturels, Lynch a réalisé que si elle voulait utiliser uniquement des produits bios et naturels, elle devait les importer. Et en parlant avec ses soeurs naturelles, elle s'est rendue compte qu'il y avait un marché pour ces produits encore plus grand qu'elle seule. Le romarin biologique et l'huile de noix de coco, les argiles nettoyants naturels, le cacao, les amandes et le melon sont quelques-uns des ingrédients qui composent la ligne de produits de Lynch.

Pourquoi choisir tout ce temps perdu et les problèmes liés à l'usage de produits biologiques plus chers alors que depuis des générations, des mères noires entretiennent les cheveux de leurs filles avec du shampooing et des huiles minérales? ''Parce que cette fois, nous voulons faire les choses comme il se doit'', fait valoir Lynch. ''Je ne me souviens pas d'avoir vu beaucoup de femmes noires avec de longs cheveux naturels dans mon enfance. Je sais que c'est possible ; et je veux prouver que cela peut être fait dans les meilleures règles de l'art des soins capillaires. " Une chose est claire: le glissement vers les cheveux naturels noirs est plus qu'un effet de mode. ''Je sais comment on se sent quand on a de 'mauvais cheveux' en tant qu'adolescent '', dit  M. Martin.

"Mais je vois tellement de gens qui embrassent leurs cheveux naturels. Et c'est extraordinaire ce que les produits naturels peuvent faire. Et ce n'est pas parce que j'en vends, mais je mets mes mains dans les cheveux des gens toute la journée. Il ya tellement de possibilités! "

Traduit de l'Anglais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/

http://www.guardian.co.tt/lifestyle/2012-09-22/trend-towards-natural-hair