Lors de la clôture du Premier Forum International de l'Afrodescendance et de la Décolonisation de la Mémoire, Chapitre Caracas (I Foro Internacional de Afrodescendencia y Descolonización de la Memoria) qui s'est tenu ce jeudi, il a été cosnsidér le besoin d'impulser un héritage historique et culturel venant du peuple africain dans les communautés afrodescendantes des Nations des Amériques.

Les conférenciers, les personnes présentes et les organisateurs réunis au Musée d'Art Contemporain (MAC) de Caracas ont également convenu de la nécessité de persister dans le démontage des idées colonialistes, qui historiquement ont encouragé la discrimination et la dégradation des cultures, de groupes et de théories afrodescendantes.

“C'est la pensée colonisatrice qui a imposé la peau pour définir ce qui est bien ou mal. Nous devons comprendre que les règles ont été imposées par les colonisateurs, et c'est pour cela que nous prenons la responsabilité de souligner que c'est une thématique de caractère politique et idéologique. Notre orientation doit aller dans le sens de la reconnaissance, de nous voir comme des êtres humains”, a déclaré le député à l'Assemblée Nationale (AN) Modesto Ruiz.

Dans ce contexte, il a ajouté que le débat a été un travail réalisé avec  “respect, profondeur et sérieux, dans l'optique de l'approfondissement de la compréhension et de l'espace pour les idées venant de différents endroits du monde”.

La conférence qui a vu la participation de représentants de Cuba, d'Argentine, de la République Démocratique du Congo, de Trinidad et Tobago, d'Afrique du Sud, de Gambie et du  Venezuela, entre autres, a annoncé les premières propositions sorties des débats qui ont eu lieu à Caracas.

Parmi les propositions, il y a eu l'annocne de la condamnation du massacre de la police sud-africaine au nord de ce pays qui jusqu'à présent s'est soldé par 30 morts, et ce qu'on a appellé l'intervention des organisations internationales sur la situation de la ville de Tumaco, en Colombie,  il y a 12 jours, des groupes irréguliers armés ont démoli des pylones électriques et ont assassinés quatre techniciens en énergie, ce qui a affecté la subsitance des habitants des lieux qui ont dû se regrouper dans d'autres régions de ce pays.

Ils ont également fait une demande formelle de libération des  “cinq héros cubains”, citoyens caribéens qui sont prisonniers aux États-Unis, et exigé des puissances colonisatrices qu'elles assument leur responsabilité pour l'esclavage qu'elles ont imposé pendant des siècles au peuple africain, de même que la déclaration de l'Afrique comme Mère Patrie.

Ils ont profité de l'occasion pour demander le soutien à la révolution vénézuélienne, la considérant comme un espace qui a ouvert ses portes pour la réalisation du premier forum.

Les personness qui ont assisté à la conférence ont ajouté les points suivants: afficher une position favorable au droit à accorder l'asile politique que détient la République de l'Équateur, assumer la lutte contre le racisme et l'intolérance, impulser le développement des activités conjointes entre les populations afrodescendantes du monde et ouvrir les espaces à la communauté afrodescenante dans les processus de pouvoir entre autres.

Dans ce contexte, l'écrivaine boricua, Yolanda Arroyo Pizarro ajoute : “Il faut également lutter pour le droit de la femme et applaudir les hommes qui sont en faveur de ces droits. Nous devons désavouer le machisme. Prononçons nous en faveur des initiatives qui élèvent le rôle historique de la négresse Hipólita, la négresse Matea et de Juana “La Avanzadora” au point d'aller jusqu'à porter leurs restes au anthéon National du Venezuela, auprès du  Libertador.

Les propositions surgies à Caracas seront compilées et par la suite publiées par le Ministère de la Culture et les Archives Générales de la Nation, ainsi que par le Centre des Savoirs Africains ( Centro de Saberes Africanos) du Sous Ministère des Affaires Africaine du Ministère des Relations Ecxtérieures.

“Le bilan est positif. Ici nous avons discuté au plus haut niveau académique, culturel et anthropologique des sujets de la décolonisation de la mémoire. Même si au Venezuela nous sentons que nous ne sommes pas pays raciste, nous demeurons un pays qui discrimine pour des raisons ethniques et raciales. Des forums comme celui-ci permettent que les gens prennent conscience de la multiethnicité et de la multiculturalité de notre pays ”, a indiqué le président du Centre National d' Histoire, Luis Pellicer.

Il a de même annoncé que parmi le spropositions finales du comité organisateur se trouve la réalisation de la deuxième édition du forum à La Havane (Cuba) en 2013, dans le cadre de l'accord Cuba-Venezuela.

La clôture du forum International 'Afrodescendence et Décolonisation de la Mémoire à Caracas s'est mobilisé  au Eje del Buen Vivir du Museo de Bellas Artes,   diverses expressions culturelles afrodescendantes se sont déployées à travers des muestras gastronomiques et musicales ouvertes à l'ensemble du public.

Les prochaines activités du Forum se tiendront ce vendredi  24 et samedi 25 dans les peuplements guariqueños de Las Mercedes del Llano et Santa Rita de Manapire, OU un hommage sera rendu à l'illustre combattant indépendantiste vénézuélien Juan José Rondón, dans ce qui constituera la clôture formelle de l'événement jusqu'à l'année prochaine.

AVN

 Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

http://www.minci.gob.ve/2012/08/23/i-foro-de-afrodescendencia-se-compromete-a-impulsar-legado-del-pueblo-africano/