On ne dénombrait qu'un ou deux noirs à chacun des défilés de la Semaine de la Mode de Rio qui a débuté ce mardi, même si de fait, la moitié de la population brésilienne est noire. Raison pour laquelle des activistes noirs se sont rassemblés à la porte d'entrée de la Semainde de la Mode carioca pour revendiquer une plus grande représentation ethnique à ce type d'événements.

2012052264973

L'association Educafro, qui lutte pour une plus grande égalité et inclusion des noirs dans tous les domaines, a organisé un mini défilé devant la même entrée avec pour protagonistes des noirs qui n'avaient pas leur place lors de l'événement officiel. Il y a deux ans, cette même organisation avait obtenu un accord avec la São Paulo Fashion Week pour que 10% des mannequins soient noirs, mais cet accord n'a pas été renouvelé pour l'année en cours.

galeria5"Les quotas en faveur des noirs dans les universités publiques sont fondamentaux, ils brisent le paradigme du pouvoir. La semaine de la mode de Río est également importante car la mode, l'esthétique, représente le pouvoir et nous voulons placer notre population sur les podiums. Si la population regarde la télévision et ne voit que des blonds, notre visibilité est en plus grande difficulté", indique le coordinnateur adjoint d' Educafro à Río de Janeiro.

galeria2

Entre des "oh, oh, oh, negrada" et "un, deux, trois, quatre, 5.000, nous voulons une semaine de la mode au Brésil avec plus de noirs", les mannequins et les activistes ont vécu la protestation de manière festive et pacifique.

"Je fraternise avec ces gens, parce que j'ai été invité pour la Semaine de la Mode, avant d'être écarté... parce que je suis noir", dénonce le mannequin Anderson Costa. "Le marché du travail doit être équitable pur tous, et le monde de la mode est très injuste, je suis un bel homme noir et j'ai le profil pour la passerelle ", ajoute le jeune, tandis que les mannequins officiels entrent dans le Jockey Club de la ville, un peu étonnés de la présence des mégaphones, de mannequins portant des vêtements exotiques faits de tissus africains  à l'entrée de l'événement.

 

 Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

http://www.elmundo.es/america/2012/05/23/brasil/1337782558.html