Manuel Carvallo/El Sol de México

GAP_Afrodesc_01_320

Ciudad de México.- Le Mouvement pour la Diversité Culturelle au Mexique ( Movimiento por la Diversidad Cultural en México) a proposé l'adoption de mesures pour rendre effectif le droit à la non discrimination dans la perspective des droits humains  et la diversité culturelle.

Selon la Commsission Nationale de la Prévention de la Discrimination (Comisión Nacional para Prevenir la Discriminación - Conapred), l'objectif est d'expliquer certaines des raisons pour lesquelles l'invisibilité de ce secteur de la population est restée permanente, non seulement de manière historique, mais aussi culturelle, éducative, sociale et économique.

 

Cela, indique un communiqué, est exprimé dans l'édition du Guide d'Action Publique (Guía de Acción Pública -GAP) contre la discrimination raciale et pour la promotion de l'égalité et de l'inclusion de la population afrodescendante au Mexique.

On y fait un tour d'horizon des actions internationales contre la discrimination et le racisme, de même que des engagements pris par l'État mexicain en la matière face au défi que représente le fait de vaincre la méconnaissance dans la société et par les institutions, des personnes afrodescendantes et de la situation dans laquelle elles se trouvent.

"Cependant, ce Guide constitue le premier pas d'un vaste processus de création de politiques publiques et d'actions qui doient être menées pour promouvoir, préparer et garantir l'égalité de chances des populations afrodescendantes au Mexique pour établir des stratégies pour leur inclusion dans tous les domaines", indique le guide.

Au cours d'une rencontre, l'Ambassadeur d'Afrique du Sud , Sandile Nogxina, a indiqué que le sang africain est connecté à la  société mexicaine et a insisté en disant que tout comme cela s'est produit en Afrique du Sud, il faut créer une batterie de lois et de politiques publiques pour combattre les structures des inégalités du passé pour assurer le développement économique et social, de même que l'autonomisation du peuple noir qui a historiquement été le moins favorisé.

"Tant que tous et toutes ne jouiront pas de libertés et des droits huamains, nous ne serons pas libres", a conclu l'ambassadeur.

Pour sa part, le Président du Conseil National pour la Prévention de la Discrimination ( Consejo Nacional para Prevenir la discriminación), Ricardo Bucio Mújica a souligné que la déclaration faites par les Nations Unies d'une Décennie Internationale de la Population Afrodescendante  qui commence cette année et se termine en 2022 doit être un temps suffisant pour qu' au Mexique on égalise l'exercice des libertés et des droits fondamentaux de même que l'appropriation des politiques publiques en faveur de cette population.

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com


http://www.oem.com.mx/laprensa/notas/n2515133.htm