ENTREVUE - Né sans le sous à Buenaventura, Raúl Cuero est aujourd'hui un prestigieux scientifique, inventeur et détenteur d'un Ph.D. en Microbiologie. Il vient de publier un nouveau livre ‘La mente de la mente’ sur les limites de la créativité. Il a échangé avec SEMANA depuis la ville de Houston.
 
 
 RALCUERONASASEMANA: C'est quoi la créativité?


Raúl Cuero: C'est cet état dans lequel une personne atteint la limite maximum de la pensée et des habiletés. 

SEMANA: Toute personne peut-elle être créative ?

R.C.: Nous avons tous l'habileté inhérente de créer, car c'est notre condition la plus intérieure pour pouvoir vivre. Mais étant donné qu'elle est à ce point intérieure, ce n'est pas tout le monde qui la reconnait et en plus, nous sommes inhibé par commodité, par la famille ou par la culture.

SEMANA: Le titre de votre livre est attrayant; ‘La mente de la mente’. L'esprit a t'il un esprit?

R.C.: J'aime la candeur de la question. C'est quelque chose de métaphorique. On est conscient de ce qu'on veut faire, mais 
on n'est pas conscient de la manière dont on a conçu les choses. Il existe un esprit inconscient. 

SEMANA: Atteint-on la liberté à partir de la créativité?

R.C.: Oh, oui! La créativité est le véhicule qui nous permet de ressentir l'appartenance universelle. 

SEMANA: Les inventeurs ont-ils un esprit trop complexe?

R.C.: Pour l'inventeur créatif, ce n'est pas complexe, car on vit en lui. 

SEMANA: Et pour ceux qui n'ont pas été dans un environnement créatif, est-il difficile de comprendre un esprit comme le vôtre ?

R.C.: Tout devient plus complexe pour la personne qui n'a pas eu l'opportunité d'exprimer sa créativité. 

SEMANA: La solitude nous rapproche-t-elle de la créativité?

R.C.: La créativité est un chemin solitaire, mais elle a une universalité. Il y a un isolement au relatif et une appartenance à l'absolu. 

SEMANA: Comment le scientifique explique-t-il l'amour? 

R.C.: L'amour n'existe pas pour le scientifique ou pour l'avocat. Ce sont des mots qui résultent de l'illusion de vie qu'ont les personnes. 

SEMANA: Que pensez-vous de toutes les avancées technologiques?

R.C.: La technologie est une arme à double tranchant : pour le bienm parce que nous devons créer pour différencier l'information qui arrive ; et pour le mal, arce que tout le monde est exposé à la même information. Les gens n'ont plus le temps de faire la différence. 

SEMANA: Qu'est ce qui vous est resté des petits lézards et des cafards avec lesquels vous jouiez durant votre enfance à Buenaventura?

R.C.: Ce sont les véhicules qui m'ont le plus exposé et qui ont renforcé ma curiosité d'enfant. Et j'ai converti cette curiosité en créativité quand j'ai pu donner une réponse rationnelle à ce que je voyais, je sentais ou que je touchais. 

SEMANA: Sur quelle invention êtes-vous concentré actuellement ?

R.C.: J'en ai plusieurs qui vont bientôt être brevetées. La découverte de gènes et de protéines contre les rayons ultraviolets qui permettront de protéger la peau contre le cancer. J'ai découvert la façon de protéger les fruits du réchauffement de la Terre. J'ai également inventé la production du bioéthanol avec un processus de fermentation beaucoup plus efficace. 

 Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com

http://www.semana.com/enfoque-principal/creatividad-camino-solitario/175080-3.aspx