SAN PEDRO SULA.- Plus de 95% d e la communauté garífuna fait face au problème de chômage au Honduras, raison pour laquelle les leaders demandent plus de soutien du gouvernement et la structuration d'un programme qui leur permettrait de sortir du sous-développement.

garifono2

Les garífunas demandent plus de soutien, car ils font face à un taux de chômage qui dépasse les 95%.

Cette information a été donnée lors d'un forum réunissant des étudiants lors duquel ont été indiqué les défis, les réalisations obtenues par le processus organisationnel afrohondurien dans les différents espaces et instance d'incidence public, après 215 années de présence dans le pays.

Le responsable Humberto Castillo a expliqué que le taux de chômage dans les communautés de la région est l'un des plus élevés au pays, et selon les estimations, il dépasse les 95% de la population noire, qui n'a aucune opportunité d'emploi.

Il a regretté que le progrès de ce peuple ait été minime car  “le retard est fortement lié à l'abandon, puisque le lundi dans une communauté est comme le dimanche, parce que les habitants sont tous là, à cause du taux élevé de chômage, considéré comme étant terrible puisqu'il dépasse les 95%”.

Il a précisé qu'à cause du manque d'opportunités, les jeunes se voient obligés d'émigrer pour obtenir un emplo et progresser. Il indique que face à la démagogie pratiquée par les autorités, ils ne peuvent pas se développer , “quand un responsable du gouvernement s'exhibe dansant dans une communauté garífuna et fait un show, cela ne résoud pas les problèmes, parce que ces derniers se résolvent d'une autre manière, par les faits et les oeuvres réelles”.

Humberto Castillo

Pour sortir du sous-développement,  Castillo estime qu'il est nécessaire de structurer un plan de développement avec la participation de la population garífuna, autant des hommes que les femmes et les jeunes.

Actuellement, il y a plus de 5000 maitres diplômés en éducation formelle et interculturelle qui n'ont pas d'emploi, et ils sont à la dérive, par le manque de volonté politique.

Plus de 40 000 garífunas résident dans la valle de Sula, et sont répartis dans onze communautés qui demandent plus de soutien du gouvernement pour un meilleur développement.

Pour commémorer les 215 années de présence garífuna au Honduras, le mercredi 12 avril, les organisations afrohonduriennes ont programmé de réaliser une marche civique et d'autres activités. (AEA)

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com


Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com