Par Joceline Gomes

Moins de 1% des 6000 docteurs formés chaque année dans le pays sont noirs, et moins de 1% des thèses traitent des thématiques d'intérêt pour les populations afrodescendantes. Pour discuter de ces données et des moyens de les inverser s'est tenu dans la matinée du vendredi dernier (25) à Brasilia, une table-ronde intitulée "Pesquisadoras Negras",  (chercheurse noires) dans la cadre du 4ème Festival de la Femme Afro Latino Américaine et Caribéene.
cherecheures
"L'académie est un espace hostile à notre présence. Les directeurs pensent qu'ils ne peuvent pas entrer dans la problématique raciale. Pourquoi pas?" interroge la Dre Maria Aparecida Silva Bento, directrice exécutive du Centre d'Études des Relations de Travail et des Inégalités (Centro de Estudos das Relações de Trabalho e Desigualdades - CEERT) .

La professeure a rappelé la difficulté dans la relation entre le chercheur et le directeur (de thèse), qui considère souvent  l'acte consistant à aborder la question raciale au Brésil comme du militantisme. Selon Maria Aparecida, la rigidité des institutions académiques amène de nombreux étudiants noirs à abandonner leurs thèmes de départ, car généralement, les projets ayant une thématique raciale ne sont pas approuvés, ou alors, les directeurs affirment qu'ils n'ont pas les connaissances ou la bibliographie sur le sujet.

Pour la directrice, il est nécessaire de surmonter cet obstacle, de s'organiser et de penser aux moyens d'améliorer la relation avec les agences de financement des programmes de maîtrise et de doctorat, pour que cela puisse porter des fruits à long terme pour d'autres chercheurs afrobrésiliens.

L'oubli - Janaina Damasceno,  étudiante au doctorat en Anthropologie Sociale de l'Université de São Paulo (USP) a éprouvé cette difficulté lors de l'élaboration de sa thèse: "Os Segredos de Virgínia" (Les Secrets de Virginia) portant sur la psychanalyste et sociologue brésilienne Virgínia Bicudo (1910-2003), première à aborder les relations raciales dans un travail post-doctoral au pays et première noire à être devenue professeure d'université.

Selon Janaina, il existe un processus d'oubli et de remémoration des chercheures noires, en plus d'une tentative de blanchiment. Au sujet de Virginia Bicudo, par exemple, la majorité des références trouvées ne disaient pas qu'elle était noire. Selon Janaina, la psychanalyste s'est occupée d'autorités brésiliennes comme Eduardo Suplicy et a été en contact avec JuscelinoKubitschek, mais dans le domaine des sciences sociales, Virginie a été oubliée. "Les thèses ont disparu de l'environnement universitaire . Les thèses disparaissent, mais pas  les idées", a-t-elle indiqué.

CaptureRenforcement - La médiatrice des débats, Juliana Nunes, de la Commission des Journalistes pour l'Égalité Raciale du District Fédéral a souligné que ce débat était possible aujourd'hui parce que beaucoup d'hommes et de femmes afrodescendants ont osé aborder le sujet en des temps bien plus difficiles. "L'université est un espace qui reproduit le système raciste de la société brésilienne, mais nous sommes ici aujourd'hui, et c'est un espace de renforcement", a-t-elle expliqué.

Andressa Marques, qui effectue une maîtrise en littérature et chercheure à l'Université de Brasilia, a réitéré la nécessité de surmonter les obstacles : "Affronter le racisme institutionnel est un problème quotidien dans le milieu académique. Nous ne voulons pas avoir à faire face à cela, mais nous devons continuer d'aller de l'avant."

En discutant de la proposition de créations d'universités quilombolas, la chercheure a souligné l'importance d'un projet qui valorise et respecte la culture locale, sans limiter les possibilités des étudiants. "Penser à un espace qui partage la connaissance étanger à cet affrontement quotidien auquel nous sommes exposés serait peut-être plus fructueux", pense-t-elle.

Chercheures - Janaina Damasceno a exposé la réalité de l'USP, où la majorités des jurys sont constitués de professeurs blancs. Selon elle, dans les travaux sur la question raciale, les erreurs indiquées lors de la présentation ne sont pas des erreurs de contenus, elles sont sur le compte du militantisme supposé. "Chaque fois qu'ils disent 'cessez d'être militant', ils disent cessez d'être noir' ".

Un autre problème identifié par l'étudiante en doctorant est que l'argument de nombreux enseignants au sujet de l'l'invisibilité des auteurs noirs dans les recherches est qu'il n'existe pas de bons chercheurs noirs. "Allons nous continuer sous ce joug de chercheurs blancs?" se demande-t-elle. "Nous devons nous situer en tant qu'intellectuels noirs et donner de la visibilité aux intellectuels noirs", conclut-elle.

Re-démocratisation - Pour la professeure et docteure Maria Aparecida, le racisme doit être discuté au sein des institutions, avec la formation et l'implémetation d'actions affirmatives. '' Il faut chercher dans les institutions d'autres chercherus noirs qui ont vécu les mêmes difficultés, pour éduquer l'institution au respect de la question raciale ", a-t-elle conseillé.

Selon elle, il n'est plus possible d'isoler les discours. "Il nous faut amener des blantc à nous écouter, de sorte qu'ils puissent apprendre. Il revient au noir de re-démocratiser ce pays. Les femmes noires sont à la pointe de ce processus", a-t-elle dit.
Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com
http://monicaaguiarsouza.blogspot.com/2011/11/mulheres-negras-pesquisadoras-discutem.html

Source : Mulheres Negras