Durant l'audience publique avec la ministre Maria do Rosário, du Secrétariat des Droits Humains de la Présidence de la République, la députée Leci Brandão (PCdoB-SP) a rappelé les chiffres de la carte de la violence 2011 qui fait apparaitre que les noirs et les pauvres en sont les principales victimes. L'audience a été organisée ce 29 août par la Comission des Droits de la Personne Humaine, de la Participation, de la Citoyenneté et des Questions Sociales de l'Assemblée Législative de São Paulo – dont la députée est une membre effective.

 

Leci

"Le racisme et la discrimination basés sur le critère de la couleur amène le mouvement noir à dénoncer le génocide de la jeunesse noire. Les victimes sont généralement les noirs et les pauvres, cette même population qui est écartée des richesses et des opportunités générées par notre pays. Il existe clairement une exclusion de ces citoyens des droits humains et des libertés fondamentales ", affirme Leci.

 

Maria do Rosário a été catégorique en affirmant que le génocide de la jeunesse noire doit être au centre du débat et que le Secrétariat est en train de préparer un plan d'action avec le Secrétariat des Politiques de Promotion de l'Égalité Raciale (Seppir).

 

"En partenariat avec le Seppir, on est en train de recueillir des informations sur la vie et la mort de la population jeune noire. Nous n'allons pas vivre ensemble tout naturellement alors que la couleur de la peau est déterminante pour qu'un jeune soit traité comme un suspect", dit-elle.

 

"Nous envisageons avec sensibilité et fermeté les réponses de la ministre Maria do Rosário qui a répondu à toutes les thématiques traitées lors de la réunion allant de la santé, de la religion de matrice africaine, des personnes vivant dans la rue, des immigrants, à la question indigène. J'ai la certitude que la Commission des Droits Humains sera attentive à ce que pense et ressent la société", a commenté Leci.

 

La création de la Comission Vérité a été un des autres thèmes abordés par la ministre. Maria do Rosário a demandé le soutien des députés pour l'installation de cet instrument qui, selon elle, va éclaircir les circonstances de la période de la dictature militaire. Elle a également affirmé qu'elle discutera avec le gouvernement de São Paulo au sujet de la création dans l'état d'une commission de lutte contre le travail esclave, une commission qui n'existe que dans 15 états brésiliens.

 

À ce sujet, la Commission a approuvé la demande du député Carlos Bezerra convoquant le président de la marque Zara à s'expliquer à l'assemblée sur la dénonciation de travail esclave dans la fabrication de vêtements de la marque.

 

La thématique des droits humains était également à l'ordre du jour d'une réunion entre la secrétaire adjointe nationale de la Jeunesse, Ângela Guimarães et Leci Brandão, le 29 août dernier à l'Assemblée Législative. "Il est important de faire repercuter dans cet espace la thématique des droits humains car, pour approfondir la démocratie au Brésil, il est fondamental de reconfigurer une culture institutionnelle sans homophobie, sans sexisme ou sans racisme ", a plaidé Angela.

 

La députée Leci se met à disposition du Secréatariat de la Jeunesse pour dialoguer sur les demandes qui peuvent être acheminées par le mandat de l'Assemblée Législative.

 

"Ici, c'est la maison du peuple, et la voix du peuple doit arriver ici", a-t-elle conclu.

Source: Vermelho

Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com 

http://www.vermelho.org.br/noticia.php?id_noticia=162737&id_secao=1