Par Jaquen Castellanos

 

smileyCornel West a continué d’exprimer ses griefs acerbes contre l'administration Obama mercredi dernier dans une interview accordée à Pierce Morgan. Le professeur de Princeton et célèbre intellectuel noir  a commencé par expliquer pourquoi il avait précédemment traiter le président de "mascotte noire" des "oligarques de Wall Street", et "fier" chef de la "machine à tuer américaine".

 

"J'ai soutenu le cher frère Barack Obama, car je voulais mettre fin à l'ère Reagan, à la cupidité débridée, à l'indifférence vis-à-vis des pauvres, au corps politique fortement polarisé", a-t-il dit. "Quand Obama est devenu président, qu’avons-nous eu? Nous avons eu son équipe économique qui sortait tout droit de Wall Street."

 

La plus grande complainte de West contre l'administration Obama est qu'il pense qu'elle n'est pas assez préoccupée par le sort des pauvres. "Nous sommes tous enclins au gangstérisme", a-t-il plaisanté, avant d’affirmer que la crise économique a été causée par le personnel de Wall Street qui a agi sur la base de cette inclinaison. Et comme il croit que l'administration Obama est " dans l'ombre de Wall Street", et peut-être fait partie de la gloutonne "ère  Reagan",  les pauvres ne recevront pas l'attention dont ils ont besoin à moins que quelque chose change.

 

Lorsqu'on lui a demandé de quelle manière sa critique d'Obama est différente des attaques de Fox News, West a répondu en disant que Barack Obama était une " mascotte" et une " marionnette", mais demeure un être humain que l’on ne devrait pas qualifier de "socialiste" parce qu'il est " une prolongation très importante de l'état entreprise qui presse le jus de notre démocratie. "

 

Également interviewé aux côtés de West se trouvait Tavis Smiley, animateur de télévision et personnalité de la radio. Smiley a évoqué leur prochain projet "The Poverty Tour: A Call to Consciousness, " dans le cadre duquel ils embarqueront dans un autobus et visiteront 15 villes pour parler aux pauvres et des pauvres.

 

Ils envisagent " d'utiliser cette période du 6 au 12 août pour attirer le plus possible d’attention, mettre le plus en lumière, concentrer les projecteurs autant que possible sur l’objectif de faire avancer le problème de la pauvreté en Amérique le plus haut dans l’agenda " particulièrement "en cette période de course présidentielle  ... qui est  sur le point d’être lancée ", dit Smiley.

 

Morgan, Smiley et West ont semblé d'accords sur le fait que l'innovation américaine est nécessaire pour faire retomber  le chômage à un niveau normal, et que les gens ne semblent pas encourager cette innovation, car ils ne sont pas assez en colère devant la situation que traverse leur pays.

 

Vers la fin de l'interview, Morgan a demandé si Smiley ou West seraient prêts à voter pour le président Obama lors de la prochaine élection. Les deux ont refusé de répondre.

 

 

Traduit de l'Anglais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com 

http://www.thegrio.com/politics/cornel-west-tavis-smiley-continue-to-complain-about-obama.php