Par Nadine Wilson Rédactrice, All Woman



Elle est encore dans son petit nuage après son couronnement le week-end dernier en tant que Miss Univers Jamaïque 2011, mais Shakira Martin affirme qu'elle est pressée de commencer sa campagne de sensibilisation sur l'anémie falciforme (drépanocytose) dans les prochaines semaines.

 miss1Étant elle même drépanocytaire, Martin céclare qu'elle s'était inscrite à la compétition dans l'espoir d'obtenir une plus grande plate-forme pour augmenter la sensibilisation sur la maladie.
Ayant battu 16 autres filles pour s'assurer le titre tant convoité, elle va enfin pouvoir voir son rêve se concrétiser.


"C'est connu, mais les gens n'en savent pas beaucoup sur la drépanocytose", dit Martin à All Woman.

Les parents de la reine de beauté avaient le trait drépanocytaire qui signifiait qu'ils avaient 25% de possibilité de procréer un enfant atteint d'anémie falciforme. Même si son frère aussi ne possède que le trait, 
elle a été diagnostiquée avec la maladie, ce qui a rendu son enfance un peu difficile.

"La vie était un défi, il y avait des restrictions quant aux activités que je pouvais faire, comme nager dans la piscine pendant de longues périodes de temps ou aller à la plage. Je pouvais toujours aller à la plage, mais je ne pouvais pas rester dans
l'eau toute la journée parce que je ne voulais pas me retrouver en situation de crise ", explique-t-elle.

Pourtant, Martin croit qu'elle est plus chanceuse que d'autres drépanocytaire depuis qu'elle ne tombe malade qu'environ deux fois par an. Son pire épisode à ce jour s'est produit l'année dernière quand elle a commencé à enseigner élèves du préscolaire.

"Je suis très chanceuse. Chaque fois que je rencontre un nouveau médecin, il dit , vous ne ressemblez pas à une personne souffrant de drépanocytose, vos yeux ne sont pas vraiment jaunes et vous êtes très rose. "

Martin, qui fait le va-et-vient entre la Floride et la Jamaïque affirme que même si certaines personnes sont compréhensives, d'autres par contre la discriminent.

"Au collège, je prenais cinq ou six cours par semestre. Tout le monde sait que l'école est difficile, mais chaque fois que j'étais malade, comme pendant une ou deux semaines, j'avais disons quatre de mes six professeurs qui n'étaient disposés à travailler avec moi sous aucun prétexte. J'ai dû baisser ma charge de travail à cause de cela. Je n'ai pu prendre qu'un ou deux cours par semestre parce que je ne voulais pas risquer de tomber malade et de ne pas être en mesure de
rattraper mon travail ", dit-elle.

Mais Martin n'a jamais utilisé sa maladie comme une béquille et a persévéré pour accomplir ses objectifs avec les encouragements de sa famille et de ses amis. Même après avoir été hospitalisée dans un hôpital basé en Floride pendant la compétition de Miss Univers, elle a tout de même été capable de vivre l'événement jusqu’à ce qui s'est avéré pour elle une fin très fructueuse.

missLa lauréate de Miss Jamaica Univers  affirme que la plupart de ses collègues concurrentes se sont montrées encourageantes et désireuses d'en apprendre davantage sur la maladie et sur la façon dont elles pourraient contribuer à accroître la sensibilisation.

"Le cancer est une maladie terrible à avoir, mais les gens en sont tellement conscients qu'ils vont automatiquement vous aider à faire ce que vous voulez, mais la drépanocytose change votre vie, une maladie qui menace la vie et on doit avoir la même empathie par rapport à la drépanocytose que pour toute 
autre maladie. Simplement parce qu'on ne la voit pas, beaucoup de gens pensent qu'elle n'est pas aussi sérieuse qu'elle l'est", indique la reine de beauté.

Martin affirme qu'elle envisage d'aller dans le plus grand nombre d'hôpitaux et d'écoles possible pour partager des informations sur la maladie et dit qu'elle va poursuivre sa campagne de sensibilisation même après la fin de son année de Miss Univers Jamaïque.

Sa mère Andrea Hall indique qu'elle est fière du fait que sa fille envisage  d'attirer plus d'attention à la maladie et de sensibiliser le public aux défis auxquels sont confrontés ceux qui vivent avec elle.

"Je sens qu'elle est assez grande et qu'elle est prête à pouvoir  passer le mot à ce sujet et à aider les autres. Je me suis assuré quand elle était petite de rencontrer tous ses enseignants afin qu'ils puissent avoir une compréhension complète de ce dont il était question, car je connais les préjugés auxquels sont confrontés un très grand nombre de personnes qui l'avaient ", dit-elle.

En plus d'accroitre la sensibilisation sur la drépanocytose, Martin indique qu'elle se prépare également pour le concours Miss Univers qui aura prochainement lieu au Brésil.

Traduit de l'Anglais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com