Tom Phillips à Rio de Janeiro -guardian.co.uk BST

 

Traduit de l'Anglais par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/

C'est un événement de mode majeur dans l'un des pays les plus diversifié au Monde du point de vue racial, une semaine de célébration du style, du glamour et de la beauté brésiliens.

brazil

Mais l'absence de visages autochtones et afrobrésiliens sur les passerelles du São Paulo Fashion Week a déclenché des protestations et des appels pour un quota de 20% de mannequins noirs.


"Nous ne pouvons pas accepter que le monde de la mode insiste à demeurer un  bastion des Eurocentriques ", a déclaré Frei Davi Santos, le responsable des protestations relatives au problème racial.

 " Le São Paulo Fashion Week vend l'image d'un Brésil Suisse où tout le monde est blanc et aux yeux bleus. ... Les organisateurs oublient que plus de la moitié de la population brésilienne est noire."


Il ya de plus en plus de contestation par rapport au petit nombre de mannequins afrobrésiliens qui atteignent le sommet de l'industrie de la mode du pays en plein essor. Alors que les modèles d'origine européenne tels que Gisele Bündchen ont explosé sur la scène mondiale de la mode, rares sont les  AfroBrésiliens qui obtiennent un niveau aussi élevé d'exposition.


Une enquête menée par le procureur public de Sao Paulo en 2008 a révélé que sur les 1128 top-modèles réservés pour la semaine de la mode cette année là, seuls 28 étaient noirs.


À la suite de l’enquête, les organisateurs de l'événement se sont entendus sur un quota volontaire de deux ans de 10% de mannequins noirs. Mais selon des informations parues dans la presse brésilienne, beaucoup de compagnies de mode ont ignoré le quota lors de l'événement cette année.

Un article de Vivian Whiteman, rédactrice de mode du journal brésilien Folha de São Paulo, a noté que les bookers ont indiqué qu'ils n'embauchent pas davantage de mannequins noirs parce que "la recherche a montré que leurs clients rejettent encore la combinaison [mannequins]noirs et vêtements de luxe".

Bruno Soares, un booker afrobrésilien présent à l'événement São Paulo, a déclaré au journal que le manque de diversité sur les podiums est le  résultat de "règles cruelles" imposées aux mannequins  par le marché de la mode.

"Pour des raisons historiques, la population noire du Brésil est pauvre et n’est pas consommatrice de la mode. Cela  se reflète dans les castings", dit-il.


Oskar Metsavaht, l'un des principaux designers du Brésil affirme qu'il avait espéré faire défiler un groupe de mannequins noirs lors de son show de cette année, mais il a été incapable de recruter un nombre suffisant de "top" modèles  noirs. "J'ai demandé de l’aide à tout le monde, mais il n'y avait tout simplement pas assez de professionnels expérimentés", a déclaré Metsavaht, directeur de la création de la marque Osklen, dont la collection d'été 2012, Royal Black, est inspirée par l'héritage africain du Brésil.


Santos a ajouté que si l'inclusion raciale avait considérablement progressé dans l'enseignement supérieur, avec plus de 160 universités publiques qui soutiennent désormais les quotas raciaux, l'industrie de la mode reste à la traîne.

Selon lui: "Si l’on en croit le dernier recensement, nous les Noirs représentons  50,8% de la population brésilienne. Cela signifie qu’un événement qui présente une majorité de personnes ayant typiquement des caractéristiques européennes ne représente pas la beauté et la richesse de l'ethnicité brésilienne. Le Brésil est un pays qui continue d’insister à souligner son côté européenne et qui  discrimine ses belles populations autochtones et afrobrésiliennes. Nous ne voulons pas des podiums qui ont l’air des défilés de mode en Suisse ou en Angleterre. "