Le Quatrième Colloque sur la Religion Africaine Américaine, consacré cette année à la société fraternelle Afrocubaine Abakua s'est tenue à La Havane en fin demois dernier.

abakua1

A cette occasion, et pour la première fois, une procession a été effectuée par les membres de la société, qui ont marché du site du colloque à l'Institut Cubain d'Anthropologie et a parcouru plusieurs pâtés de maisons à travers la Vieille Havane jusqu'à leur arrivée Musée Casa África.

Les discours d'ouverture du colloque ont été délivrés par le Dr. Jesus Guanche, un anthropologue de la Fondation Fernando Ortiz (une institution qui se consace à la recherche anthropologique).

abakua2

La société Abakua a été créée à Cuba comme une fraternité seccrète d'entraide. À ses débuts, la majorité de ses membres étaient des dockers noirs, principalement les negros de de nación (esclaves nés en Afrique et directement amenés d'Afrique). Cette tradition a ensuite été transmise à leurs descendants, les Noirs créoles, même si dès le 20ème siècle les hommes blancs également autorisés à rejoindre l'ordre fraternelle (une descaractéristique des sociétés Abacua était que les femmes ne sont pas admis.)

Dans les rites des sociétés abakua, l' "Ireme" (ou démons) interviennent avec pour fonction mythologique de témoigner sur l'exécution correcte de l'ensemble des rites. Pour les guider, les  Ireme ont besoin d'une personne appelée "Morua," qui chante pour eux en langue efik du Nigeria.

 

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/