La sociologue Cecilia Moreno, coordinatrice du Réseau des Femmes Afropanaméennes  se bat pour l'inclusion de l'histoire des peuples africains en Amérique dans les écoles.

pana

En 1996, le Centre de la Femme Panaméenne (Centro de la Mujer Panameña - CEMP) a créé le Réseau des Femmes Afropanaméennes qui fait partie de la coordination régionale du Réseau des Femmes AfroLatinoaméricaines, Afrocaribéennes et des Diasporas.


Cecilia Moreno est actuellement la Présidente du Cemp et également la coordinatrice du réseau des Afropanaméennes.

Comment a été créé ce réseau?

À l’occasion des rencontres nationales de femmes, on remarquait que très peu de femmes noires y prenaient part. Elles ne se sentaient pas identifiées parce qu'elles vivaient une la réalité de la discrimination raciale. Pour développer des programmes avec elles, il fallait organiser des rencontres pour les afrodescendants.

L'absence d'identité pour un afrodescendant est elle due à la perte de son histoire?

Oui. L’humanité a une dette envers les descendants des africains et de fait, on nous refuse de connaitre notre histoire. On voit les cultures européennes et nord-américaines, mais nous avons perdu les caractéristiques africaines. Il faut aller en profondeur, prendre conscience de l'héritage culturel que ces peuples africains ont laissé sur cette terre d'Amérique. Ce pays a été construit par la sueur de l'Afrique.

De quelle manière peut-on préserver cette histoire?

Nous avons des documents élaborés par l'UNESCO sur la contribution et les racines historiques des peuples africains et de leurs descendants en Amérique centrale. Nous avons donné des ateliers aux enseignants et on essaye de négocier avec le Ministère de l'éducation pour l’approbation d’un projet visant à former les enseignants d'histoire sur ces fascicules. Nous avons quatre fascicules et un guide méthodologique.

Quelle est la principale contribution des femmes noires dans la culture panaméenne?

Tout. La vérité c’est que la culture panaméenne est imprégnée d’Afrique. La cuisine a constitué une contribution importante des femmes.
 
Source: EllasVirtual

 

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/