Soydebuenaventura.com a échangé avec Renzo Devia, le producteur américain du documentaire AFROLATINOS: LA HISTORIA QUE NUNCA NOS CONTARON, un projet audiovisuel qui dépeint la réalité des communautés afrodescendantes en Amérique Latine.

 

renzo1

Soydebuenaventura.com: Comment est née l’idée du projet AFROLATINOS?

 

Renzo Devia :   L’objectif de la série documentaire est d’éduquer et créer un dialogue sur la question des Afrolatinos. Nous voulons changer les situations de vie des Afrolatinos, et créer des solutions aux problèmes.

 

Soydebuenaventura.com: Depuis combien de temps enregistrez-vous ce documentaire?

 

Renzo Devia :   Nous avons commencé les recherches en début 2008. En Juillet 2008, on a commencé à enregistrer au Mexique et à Porto Rico.

 

Soydebuenaventura.com: Jusqu’à présent, quels pays avez-vous visité?

 

Renzo Devia:   Le Mexique, Porto Rico, la République Dominicaine, Cuba, la Colombie, l’Équateur, le Pérou, le Honduras, le Guatemala, le Costa Rica, le Nicaragua, le Panama, le Brésil, la France, l’Espagne et les États-Unis pour des recherches.

 

Soydebuenaventura.com: Au niveau international, quelles personnalités afrodescendantes apparaissent dans le documentaire?

 

Renzo Devia: En réalité, il n y a pas de grandes personnalités. Ce sont des professeurs, des auteurs, des historiens, des spécialistes, des religieux, des gens de la communauté que nous interviewons. Les Tego Calderón ne nous intéressent pas, ni les gens célèbres. Le sujet, ce sont les communautés et on va direct à notre but. 

 

Soydebuenaventura.com: Quels personnalités afrocolombiennes ont été invitées pour le projet?

 

Renzo Devia: Des professeurs, des auteurs, des historiens, des spécialistes. Par exemple, nous avons interviewé Goyo, mais on n’a pas parlé de Chocquibtown, on a évoqué la manière dont elle a été discriminée à Bogotá.

 

Soydebuenaventura.com: Des points de vue sociaux et politiques, qu’est-ce que c’est être afrolatino?

 

Renzo Devia:   Les Afros en Amérique Latine n’ont pas de pouvoir économique, ni politique. Il y a beaucoup de corruption, parce qu’il n y a pas de  revenu dans les communautés afro et les gens ne sont pas valorisés. Les Afrolatinos doivent se battre pour leurs droits qui sont violés chaque jour et  réussir à avoir des leaders qui les aident. L’Amérique Latine a besoin de son Martin Luther King.

 

renzo2

 

Renzo Devia et des Afroboricuas (afrodescendants de Porto Rico)

 

Soydebuenaventura.com: Vous dites que l’un des sujets les plus importants du documentaire est lié aux problèmes sociaux qui touchent les communautés afrolatinos Comment vivent les afrolatinos dans les différents pays que vous avez visité?

 

Renzo Devia: Les Afrolatinos dans d’autres pays partagent ces problèmes sociaux. Il manque de la motivation, l’organisation et l’union. Il n y a pas d’eau potable, l’éducation est retardée, des opportunités d’emplois manquent, il y a la discrimination raciale, de la haine entre eux-mêmes et beaucoup plus. Il doit y avoir plus de leaders et de professeurs, d’avocats afros pour lutter pour leur communauté.

 

Soydebuenaventura.com: Pensez-vous diffuser le projet dans les écoles et dans les universités d’Amérique Latine ?

 

Renzo Devia: Oui, c’est un objectif. En 2012, nous allons produire des livres et retourner dans toutes les communautés pour montrer le documentaire et faire plus d’ateliers. Nous allons former les professeurs pour qu’ils enseignent la Diaspora Africaine en Amérique Latine.

 

Soydebuenaventura.com: Pour quand est prévu le lancement du premier chapitre?

 

Renzo Devia: En fin 2011 ou au début de 2012.

 

Soydebuenaventura.com: à part cela, quels sont les projets actuels sur lesquels vous planchez?

 

Renzo Devia:  Je produis une émission de télévision qui s’appelle RAW TRAVEL. C’est une émission en anglais sur le tourisme et nous faisons la promotion des communautés Afro.

 

Je suis également en train de produire le documentaire Guaqueros. Les gens peuvent s’informer sur ces deux projets sur la page Web www.creadorpictures.tv

 

Soydebuenaventura.com: Pendant ce temps durant lequel vous avez côtoyé la culture afrolatine, qu’avez-vous appris d’eux ?

 

Renzo Devia: C'est une question difficile à répondre. Joyeux et ouverts.C'est de cela dont il s’agit dans ce projet. Les Africains ont beaucoup apporté dans la culture latino-américaine. Les Afrolatinos sont heureux et ouverts aux étrangers, par rapport aux populations autochtones qui ne font pas confiance et n’ouvrent pas leurs portes pour que des gens entrent dans leurs maisons. Personnellement, je pense que la plupart des Latinoaméricains sont davantage liés à l'Afrique et à la culture amérindienne. Non pas scientifiquement, mais spirituellement. Ils sont Colombiens, Dominicains, Équatoriens, Argentins. Nous ne sommes pas différents. La peau n'est qu'un élément de l'être humain. Nous devons regarder au-delà et célébrer notre ascendance africaine

 

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/