CERO HORA.- La journaliste et leader sociale et politique Panaméenne Kayra Harding est l'auteure de "Color de Café, ¿discriminación, racismo?, le témoignage courageux d'une femme noire qui aborde le racisme, l'identité et les inégalités, ainsi que ses expériences de vie depuis l'enfance.

 


kayra

 

Celle qui défend les droits des femmes aborde dans un dialogue avec la réalité les problèmes de racisme au Panama.

"Ce n'est pas un livre pour les noirs, mais pour toutes les races," avoue Harding.

Le sociologue Gerardo Maloney, déclarait  mercredi soir  dernier lors de la présentation de l'œuvre que Harding est retournée à ses racines avec un livre qui mène également des réflexions approfondies sur les afrodescendants Panaméens.

 

Le musicien panaméen Carlos Gasnett apportait un contenu musical  à l'événement qui a réuni des intellectuels, des journalistes, des avocats, des dirigeants  du mouvement afrodescendant du Panama.

L'ancienne première dame, Vivian Fernández de Torrijos, avec laquelle Harding a travaillé sous la présidence de de Martin Torrijos, a assisté à la cérémonie de présentation de  "Color de Café ".


Harding a révélé qu'elle travaille depuis 10 ans, avec diverses responsabilités et sous différents scénarios pour "rendre visible les thématiques liées aux noirs."

Pour Harding, le livre s'adresse à toutes les races, dans un pays multiracial, mais qui a une tendance constante au racisme.

 

kayra

Elle avoue que pendant longtemps, elle ne s'identifiait pas comme noire, mais qu’elle a désormais retrouvé son identité pour laquelle elle se bat.

 

Un communiqué de presse remis à HORA CERO révèle que "Color de Café " est une œuvre "qui ne parle pas uniquement des afrodescendants, mais raconte un peu l'histoire de la présence chinoise dans notre pays, depuis la construction du canal et d'autres groupes ethniques qui vivent dans cette nation creuset de races. "

Harding indique qu'en sept chapitres écrits il y a un an et demi, elle a voulu refléter les questions liées à la négritude et au racisme au Panama.

 

Selon l'auteure, le livre porte le nom de "Color de Café ", car un afrodescendant est tombé amoureux d'une blonde de Bogota et est arrivé au Panama avec deux enfants.

 

Elle raconte que les enfants ont dit à leur mère qu'ils ne voulaient pas d'un père noir, mais elle a tout de même insisté pour qu’ils l’acceptent au nom de l’amour.

Harding raconte que l'enfant de six ans, fils de la bogotaine, lui a dit un jour dans une piscine, "Tu n'es pas noire, mais couleur café," ce qui l’a inspiré pour le livre et pour le titre de l'œuvre.

 

"Que c'est dur d'être rejeté à cause de la couleur de sa peau", affirme Harding.

Elle se demande dans le livre pourquoi même dans la Bible un caractère raciste est assigné aux couleurs de la peau.

"Que veulent les afrodescendants?" se demande Harding qui répond que les afrodescendants veulent avoir une chance.

"Des opportunités d'emplois, du respect, l'éducation", dit-elle.
 

Harding a indiqué que Priscilla Delgado, qui travaille dans le monde du livre, lui a recommandé de promouvoir son ouvrage dans les écoles, pour son contenu et ses messages.

Harding a également annoncé qu'elle écrit un deuxième livre sur les femmes ayant pour titre "todas tenemos historias".
 

Elle a rappelé que Michael Jackson voulait être blanc, qu’il est presque devenu blanc, mais à sa mort, la presse a déclaré: "Michael Jackson , le chanteur pop afro-américaine est mort." "Vous resterez toujours noir, "a-t-elle prévenu.

Elle a de plus confessé son amour pour la politique, depuis qu'elle a sept ans, lorsqu'elle accompagnait ses parents dans les réunions des comités populaires, dans le corregimiento de Veracruz, dans le district d’Arraiján.

À propos de Barack Obama, elle indique qu'il n'a pas eu à dire qu'il était noir ou d'origine africaine, parce que les médias aux États-Unis et du monde l'ont souvent répété.

 

Pour Harding, il y a eu du racisme dans la couverture d'Obama parce qu'on a d'abord parlé d'un homme noir qui serait président des États-Unis et non de sa capacité à résoudre les problèmes de l'Amérique.

Le livre est plein d'anecdotes et de réflexions et est disponible dans les bibliothèques "El Hombre de La Mancha" pour quinze balboas  par exemplaire.

 

Parmi les autres personnes ayant assisté à la présentation de "Color Café",  se trouvait le défenseur du peuple, Patria Portugal, l'ancien défenseur du peuple Italo Antinori, et l'ancienne présidente de la Cour suprême Graciela Dixon.


Enfin, elle a rappelé que le noir ne se limite pas à la nourriture, mais que c'est aussi la culture, l'écrivain, le musicien et davantage encore pour la nation.

 

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/

 

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/