Par Agencia EFE - Panamá (EFE).-.

congoLa côte caraïbe du Panama s’apprête à se remplir de couleur et de musique en l’honneur de la culture et de l'héritage des afrocoloniales, ou descendants d'esclaves, à l’occasion du Septième Festival de Diablos et Congos que l’on célèbrera le 26 Mars prochain dans la ville de Portobelo, au nord de la capitale du pays. 

L'idée du festival, qui est né en 1999, est "de conserver er de divulguer les traditions" afrocoloniales, "renforcer le sentiment d'appartenance" de ces communautés, et de générer des "opportunités d'affaires" pour les habitants de Portobelo, a indiqué ce vendredi Roberto King, l'un des organisateurs en conférence de presse. 

Cet événement qui se tient tous les deux ans se caractérise par des spectacles de danses, masques et de costumes coloré et joyeux de la danse, les masques et les costumes, exécutés par des groupes de congos ou noirs marrons (esclaves fugitifs), des diables, des musiciens et des vocalistes venant de plusieurs villages de la province de Colón.

L'activité centrale est une grande rencontre, sur la place principale de Portobelo, parmi les pratiquants des jeux rituels Congos, qui sont l'expression d'une culture produit du syncrétisme de traditions d’origines africaines variées et des contributions du colonisateur européen. 

Le festival qui dure un seul jour comprend des activités complémentaires comme un show d’artisanat et de gastronomie ainsi que des expositions photographiques et d’art plastique et des manifestations afrocoloniales. 

Selon les organisateurs, la fête de tambours et danses sensuelles a pris de l’ampleur avec le temps au point de devenir l'un des produits culturels et touristiques les plus importants du pays, réussissant à rassembler jusqu'à 6000 spectateurs lors de la dernière édition en 2009. 

congo1Cette septième édition du festival coïncide avec la célébration de l'Année Internationale des Afrodescendants  déclarée par les Nations Unies dans le but de renforcer l'engagement politique en faveur de l’éradication de la discrimination contre ces personnes et promouvoir une plus grande prise de conscience et le respect de leur diversité et de leur culture. 

Le festival de Diablos y Congos est organisé par la Fondation Portobelo et le Groupe Realce Histórico de Portobelo, sous le patronnage de par l'Institut National de la culture (INAC), de l'Autorité du Tourisme du Panama et de l'Ambassade d'Espagne, entre autres organismes.

 Traduit de  l'Espagnol par Guy Everard Mbarga