Le Costa Rica, où jusqu'au milieu du 20ème siècle la population noire était soumise à des restrictions pour visiter la capitale, a créé ce jeudi une Commission Nationale visant à mettre fin à la discrimination, dans le cadre de l’Année Internationale des Afrodescendantsen 2011 déclarée par les Nations Unies.

epsyLa Commission Nationale Afrocostaricaine (Comisión Nacional Afrocostarricense) est composée de fonctionnaires du gouvernement, d’universitaires et de deux anciens députés afrocaribéens, Walter Robinson et Epsy Campbell, ex-candidate à la vice présidence du Costa Rica en 2006.

"C'est une reconnaissance de la diversité culturelle du Costa Rica", a déclaréCampbell lors de la cérémonie de lancement de la Commission organisée par le Ministre des Affaires étrangères René Castro, après avoir noté que 150 millions personnes ayant des ancêtres africains vivent en Amérique et dans les Caraïbes.

"Il doit y avoir une reconnaissance du fait que nous avons des origines distinctes,mais nous avons les mêmes droits", a ajouté Campbell, une économiste qui dirige une organisation de femmes afro-caribéennes depuis les deux dernières décennies.

On ne sait pas avec certitude combien de Costariciens sont afrodescendants, dans un pays qui se vantait de ne compter qu’une population blanche: les estimations officielles parlent de 2%, mais des recherches académiques elles avancent le pourcentage de 9%, indique Robinson.

La population noire du Costa Rica, dont une partie est anglophone, se concentre sur la côte des Caraïbes, la région la plus pauvre et ayant les taux de délits les plus élevés du Costa Rica.

Jusqu'au milieu du 20ème siècle, les Noirs étaient soumis à des restrictions pour leurs déplacements à Valle Central, où se trouve San José et sur la Côte Pacifique.

Avec la création de cette Commission prend fin"la thèse selon laquelle le pays est pur. La diversité n'est pas un défaut, c’est une vertu", déclare Robinson, qui a noté que "les anciens ministres des Affaires étrangères (Costaricains) cachaient les indiens et les noirs sous le tapis pourdémontrer que nous étions un pays pur. "

Dans le cadre des efforts visant à promouvoir la diversité culturelle, lors du prochain recensement National seront incluses des questions sur l’origine ethnique.

En décembre dernier, l'Assemblée Générale de l’ONU a proclamé 2011 Année Internationale des Afrodescendants, une initiative à laquelle s’est associée l'Organisation des États Américains.

 

Traduit de  l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com