Lors de la Rencontre Internationale pour la consolidation de l’année des Afrodescendants “Encuentro Internacional hacia la consolidación del año de los Afrodescendientes-

2011”

, qui s’est tenue à Quito (vendredi 3-12-2010),  les activistes Danny Glover (États-Unis), Carol Brito (Costa Rica) et James Early (États-Unis) ont exposé sur la “Perspective de la Démocratie Culturelle dans le Contexte de l’intégration de l’Amérique Latine et des Caraïbes”.

ecuadorÀ ce sujet, Carol Brito a indiqué que le concept implique l’engagement pour la promotion de la diversité culturelle et le droit de tous à la culture,
“il ne doit pas exister une culture supérieure à une autre”.

De plus, selon Brito, il faut encourager la participation active des citoyens, dans le cadre de laquelle le droit à la libre expression doit être protégé; permettre que les gens participent aux décisions politiques, dans lequel le mouvement afro doit être impliqué; et, garantir un accès juste et équitable au pouvoir.

“La diversité culturelle a été lentement reconnue, mais cela n’a pas été gratuit, ce fut une lutte intense. Il y a eu divers forums et plusieurs réglementation ont été obtenues, ce qui a parfois signifié que du sang soit versé”, a expliqué la spécialiste.

Danny Glover a pour sa part indiqué qu’il s’était impliqué dans la défense  de la culture afroaméricaine en racontant l’histoire de son peuple. Il a de plus déclaré qu’il faut profiter de la célébration de 2011, comme Année Internationale des Afrodescendants décrété par l’Organisation des Nations Unies (ONU), pour revendiquer les droits des plus de 150 millions d’afrodescendants dans le monde, et dont la majorité vit dans cet hémisphère.

Mais nous devons aller au-delà de 2011, avec l’application de projets politiques à long terme. Le travail de base est en train de baisser et il faut réfléchir sur ce moment, qui est encourageant, mais en même temps constitue un défi”, a indiqué Glover.

Pour sa part, James Early a indiqué que dans les systèmes, même les plus progressistes de l’Amérique Latine, le racisme existe toujours et on n’a pas encore totalement reconnu que cette région est diverse.

Nous devons lutter pour que l’inclusion des afrodescenants soit prise en compte dans les projets actuels d’intégration régionale, comme l’ALBA, la Banque du Sud et Unasur, nous ne pouvons pas nous permettre que l’on nous domine, nous ne pouvons pas nous isoler dans la critique, nous devons entrer dans la bataille. La Démocratie culturelle est un sujet de pouvoir, d’entrer dans les projets actuels de la politique, établir la façon dont fonctionne actuellement la politique”, a affirmé Early.

À la suite de ces présentations, cinq tables de rencontre ont été organisées, traitant des sujets suivants: Politiques Sociales et Actions Affirmatives (santé, emploi, et éducation); Racisme et Législation, Participation Politique; et Alliances Stratégiques avec les Mouvements Sociaux, Gouvernements et la Coopération internationale.

Traduit de l'Espagnol Par Guy Everard  Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com