Du 16 au 19 NOVEMBRE

Ananse

Les populations d’ascendance africaine vivant en Colombie présentent une complexité diverse en ce qui concerne le traitement des besoins fondamentaux et de développement communautaire en tant que sujets de droit individuel et collectif ; qui résulte du processus de colonisation exercée par certains pays européens il y a plusieurs siècles sur le territoire américain, ce qui a donné naissance à un moyen créatif de mettre en pratique les savoirs de leur culture ancestrale pour s'adapter à un environnement étranger et hostile, ainsi qu’à la capacité d'assimilation et de dialogue avec d'autres pratiques culturelles, qui ont permis une résistance et en même temps un nouveau mode de vie capable de supporter un système de domination et ensuite de favoriser l’atteinte de la liberté.

Sans doute, dans l'histoire du pays de nombreuses expériences sont mises en évidence qui montrent des hommes et de femmes noirs courageux qui ont été déterminants lors de certaines étapes pour l’accession à 'indépendance vis-à-vis de l'autorité espagnole, en plus de devenir des acteurs essentiels durant la formation des éléments clés de l'identité nationale, tels que les forces militaires, la littérature, la musique, le sport, la politique, la production économique et la construction des ouvrages civils ; et dont la reconnaissance est évidemment invisible.


Pendant de nombreuses décennies, les communautés afrocolombiennes ont également observé, impuissantes, le fait de ne pas se voir, ni de se sentir parties prenantes directes dans la construction de l'univers médiatique, particulièrement audiovisuel ; dans une Colombie qui rend invisible et homogénéise la présence, l’image et la contribution de l'image du noir, en utilisant lles médias pour montrer des vérités fragmentées de ces communautés, en diffusant une vision dans laquelle ne figurent en tant que contribution à la culture nationale que les manifestations artistiques et la gastronomie.

À l'heure actuelle, il y a de nombreuses personnes intéressées à enquêter sur les changements que vivent les noirs dans les contextes différents dans lesquels ils vivent ; des réalisateurs audiovisuels qui ont trouvé chez les peuples afros de différentes régions du pays, un bouillon de culture permettant de réaliser des histoires qui méritent d'être racontées de manière à pouvoir donner un nouveau sens à leur origine et à leur contribution apportée historiquement et progressivement au développement de la Colombie en tant que acteurs sociaux.

En ce sens, ils sont de plus en plus nombreux les producteurs, les communicateurs et les vidéastes impliqués dans la tâche consistant à apporter de la diversification et de la complémentarité d'un imaginaire afrocolombien plus proche de la vision du monde de ses multiples protagonistes.

En tenant compte de cette prémisse, le but de ce festival est de créer un espace où se rejoignebt les réalisateurs intéressés par la thématique afro, et de former une plate-forme nationale permettant de mettre à la portée du public colombien ces œuvres qui ont la particularité de montrer une série de représentations, peut-être plus proches du ressentir des communautés de la diaspora africaine dans notre pays, mais qu’ils ne retrouvent pas dans les médias traditionnels.

Traduit de l’Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com