Daira Quinones est arrivée à Bogota il ya 12 ans avec son bombo, sa marimba et quelques objets personnels. Elle fuyait les menaces qui avaient coûté la vie à cinq des membres de son organisation : Fondation Art et Culture du Pacifique (Fundación Arte y Cultura del Pacífico - Fundartecp) à El Porvenir dans la zone rurale de Tumaco.

afro"On voulait repenser le travail des femmes dont on ne voyait pas le reflet dans les organisations de la région, puis on a commencé à travailler sur un processus de délivrance de titres fonciers et c'est ce qui nous a conduit à nous déplacer", raconte Daira avec un sourire qui démontre que cela fait partie du passé.
 
C’est une femme noire, aux dents blanches, connue pour son travail de promotion des droits humains à travers des projets artistiques, sociaux et productifs, mais aussi pour ses chansons.

À son arrivée à Bogotá, elle a rejoint d’autres femmes déplacées qui voulaient s’en sortir en aidant les autres et se soutiennent mutuellement. Elles chantaient et dansaient dans les rues en cherchant à se faire connaitre et ainsi trouver d’autres personnes déplacées dans la même situation, avant de décider de se rendre au Département National de l'Économie Solidaire (Departamento Administrativo Nacional de Economía Solidaria (Dan Social).

Là, elles rentrèrent en contact avec  Coop-Disflores, Tierra Mía, Afro latinos et Acceso Colombia, des organisations avec lesquelles elles fondèrent en 2007, l’Association Mutuelle pour le développement Intégral de l’Afrocolombianité et l'Entrepreneuriat (Asociación Mutual para el desarrollo Integral de la Afrocolombianidad y el Empresarismo - AMDAE).

Chaque organisation apporte à AMDAE son savoir-faire et toutes ont été formées sur des sujets comme l’économie solidaire.

300 personnes des niveaux 1 et 2 en conditions de vulnérabilité bénéficient désormais des services du réseau.


L’AMDAE a par exemple obtenu la création de dix points d’accès à Internet dans la ville et a créé des projets d’artisanat et de recyclage qui offrent des ressources à ses membres.

"Le recyclage réduit l’impact environnemental et nous donne un travail. Nous vendons nos produits dans les foires et cela nous permet au moins de payer l’autobus ", indique Yamelis Molina, présidente de l'AMDAE.

Prix civique pour un Bogotá meilleur

Le travail de l’Association Mutuelle pour le développement Intégral de l’Afrocolombianité et l'Entrepreneuriat a conduit les membres du jury du Prix Civique pour un Bogota Meilleur ('Premio Cívico por una Bogotá Mejor') lui a attribué il y a quelques jours la deuxième place.

Ce prix de la Direction de la Responsabilité Sociale du Comité Éditorial El Tiempo, les fondations Corona, Colombia Presente y Plan, le Consortium pour le développement communautaire, international, DESIS International et Bayer vise à rendre visible les organisations qui contribuent à améliorer les conditions de vie des communautés dans la ville.

Traduit de l’Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/