Pour la première fois depuis 1953, aucun député de cette ethnie n’est présent à l’Assemblée Législative

costaLa population noire du Costa Rica a subi un important revers dans sa participation politique, en ne comptant aucun représentant ni dans le cabinet présidentiel, ni à l’Assemblée Législative.

Ce sera la première fois depuis 1953 qu’aucun parti politique ne place un afrocostaricain à au moins un siège de député.

Actuellement,  Maureen Clarke, présidente de  l’Institut National des Femmes est la seule fonctionnaire noire occupant l’un des postes les plus élevés du gouvernement, et elle n’était pas le premier choix, puisque c’est  Rocío Cerdas qui avait été nommée et qui renonça en avril avant d’entrer en fonction.

Ce manque de représentation de quelques 73 000 afrocostaricains vivant dans le pays selon le dernier Recensement National a provoqué la préoccupation des leaders de cette communauté.

Ce n’est pas possible que, faisant partie du pays, on ne tienne pas compte de nous pour des postes importants, car il y a des personnes avec de grandes capacités”, indique Tanishia Ellis Hayles, avocate de Siquirres qui aspirait à la troisième place sur la liste de députés du Parti Liberación Nacional, mais elle n’a pas obtenu le poste.


Emmener le développement dans la province de Limón est l’un des projets es plus ambitieux du gouvernement de Laura Chinchilla, et cela est encore plus difficile lorsqu’une grande partie de cette communauté, dans laquelle vivent 74% des afrocostaricains ne sot pas reflétés dans les postes de décisions du pays.


Je me sens coupable, nous passons d’un Costa Rica qui espérait vivement l’égalité, à un Costa Rica où on ne se préoccupe pas que chaque costaricain soit représenté dans le pouvoir politique”, affirme Eulalia Bernard, célèbre poétesse, diplomate et éducatrice née à Limón.

Les obstacles empêchant de transformer cette province en un lieu d’attraction des investissements sont l’insécurité, la corruption, infrastructure et la faible attraction du tourisme, rien de tout cela ne pouvant être surmonté sans le soutien de l’État.

Les projets actuels du gouvernement comprennent la construction du Port de Moín, les concessions de services portuaires, le projet Limón Ciudad Puerto, la réalisation de la route Puerto Viejo-Manzanillo, la rénovation des pistes d’atterrissage et l’établissement de bureau de promotion touristique.

Investissement social, accès plus important aux crédits pour les micros, petites et moyennes entreprises, plus grande création d’emplois, efficience des services publics et un changement dans la formation des leaders, font depuis partie du lot de revendications insistantes de cette région.

Et cela s’explique, quand on sait que cette province est en tête des taux de chômage,  décrochage scolaire et d’appréhensions de délinquants.

Trois décennies après le décret  établissant la date du 31 août comme Journée du Noir et de la Culture Afrocostarricaine dans le calendrier scolaire, et un demi-siècle après l’accession des noirs au droit de vote, cette date sera célébrée passera avec un vide important en terme de participation politique de cette communauté.

Silvia Pardo
spardo@larepublica.net

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/