El Financiero en línea

afromexMéxico,.- L'institut National d'Anthropologie et d'Histoire  (INAH) organise un concours d'essais visant à revendiquer le rôle joué par les afrométisses (afromestizos) dans la lutte pour l'Indépendance du Mexique.


L'objectif est de combler le vide existant dans les études relatives à la participation et la contribution des afrodescendants au processus de libération du pays.

Il y a de nombreux préjugés, des stéréotypes et une méconnaissance de la population africaine, de son histoire, de sa culture et de sa participation importante à notre indépendance ; chaque fois que l'on pense à l'Afrique, on pense à quelque chose de lointain, mais ce n'est pas le as, puisque nous partageons la même histoire qu'eux”, souligne María Elisa Velázquez, vice présidente du projet la Route de l'Esclave de l'UNESCO, à l'annonce de l’organisation du concours.


L'INAH précise que l'objectif est de reconnaitre la présence des africains métisses au Mexique, emmenés par les espagnols à l'époque coloniale(1521-1821) pour augmenter la main d'œuvre et la force de travail, et qui par la suite,  sous le précepte d’abolir l’esclavage, ont pris part au processus qui a donné la liberté au Mexique, auparavant Nouvelle Espagne.


“Si quelques recherches sur la participation des afrodescendants au mouvement indépendantiste existe, c'est un thème peu étudié qui se réfère au 19ème siècle, car les sources ne spécifient pas si ceux qui y prirent part étaient noirs, pardos ou mulâtres”, ajoute celle qui est également spécialiste de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH).


Elle constate par exemple que dans les biographies de José María Morelos, Vicente Guerrero et Juan Álvarez, leurs origines mulâtresses sont consignées, mais cette donnée n’apparait pas dans l’histoire, de même que le fait les afrodescendants luttèrent aux côtés de Morelos.


Leur présence fut telle que à la fin du 16ème siècle et aux débuts du 17ème siècle, il y avait plus d'africains que d'européens dans l'ancienne ville de México, où il était habituel de voir des noirs se promener dans les rues; c’est important de récupérer cela, car jusqu'à un certain point, c'est une histoire récente”,  affirme María Elisa Velázquez.


Le sujet est d’actualité
 —affirme la spécialiste— puisque les groupes africains présents dans le pays, de nos jours traversent un moment important, eux qui cherchent à revendiquer et   souhaitent être reconnus et avoir des droits, car ils n'ont pas accès aux différentes politiques publiques parce qu’ils ne sont pas considérés comme des indigènes.


Le concours organisé également par l'Ambassade d'Afrique du sud, le Projet International La Route de l'esclave de l'UNESCO et l'Université Nationale Autonome du Mexique, entre autres organismes, aidera à approfondir le sujet de la participation de ce secteur de la population dans l'obtention de l'Indépendance du Mexique.

La convocation à ce concours est ouverte jusqu'au 15 novembre et les participants devront réaliser des recherches inédites basées sur des sources primaires écrites, iconographiques et archéologiques.


Ces recherches doivent se faire sur des thèmes tels que la participation des afrodescendants au mouvement de soulèvement armé et les relations et interactions de ceux-ci avec d'autres groupes de populations du Mexique, avant et pendant le mouvement d'Indépendance.


En plus de souligner la problématique du mouvement politique de 1810, on peut enquêter sur des thèmes comme les familles afrodescendantes, la participation de la femme dans la société et les processus culturels, entre autres thématiques, liées à ce groupe de population qui depuis plus de deux siècles habite principalement dans les états de Guerrero, Veracruz, Oaxaca et Guanajuato.

Les travaux devront être envoyés par courrier électronique aux adresses maelisavelazquez@yahoo.com.mx ou afrodesc8@gmail.com, ils seront évalués et examinés par des spécialistes, et les résultats seront sans appel ; le jury évaluera l'originalité et le contenu empirique, théorique et méthodologique des essais, de même que leur qualité.


Les résultats seront annoncés dans la première semaine du mois de décembre ; et les essais classés parmi les trois premiers seront publiés seront publiés, le premier et le deuxième gagneront un voyage en Afrique du Sud et à Paris prévus pour 2011.

Traduit de l’Espagnol par Guy Everard Mbarga