Par Wellington C Ramos

gari1Hopkins est l’un des villages garifunas les plus prospère et florissant de Belize. Selon l'histoire garifuna, ce village a été créé après un ouragan dévastateur qui a détruit un ancien village dans le secteur de la jetée du Commerce Bight dans la ville de Dangriga.

Dans le passé, la plupart des habitants de ce village étaient des populations Garifuna  des familles Nunez, Castillo, Martinez, Arana et Lewis. Il ya d'autres familles dans le village qui ont intégrés  familles au fil des ans. Ce village est géographiquement situé au sud de la ville de Dangriga, au nord de Sittee River, à l'est la mer des Caraïbes et à l'ouest du village de Silkgrass.

Les gens de ce village avaient l'habitude de survivre de la pêche et de l'agriculture et beaucoup d'entre eux sont membres de la Force de police de Belize, de la Force de Défense de Belize, l'enseignement et les autres branches de la fonction publique. Aujourd'hui, plusieurs personnes du village de Hopkins font des affaires dans le secteur du tourism, car l'endroit est célèbre pour ses belles plages.

Compte tenu des belles plages que possède Hopkins, les riches Béliziens et les riches  étrangers achètent des terres dans le village et ses environs pour ouvrir des stations touristiques. De nombreux habitants de Hopkins ont migré ou migrent vers les États-Unis pour rejoindre les membres de leur famille, poursuivre des études supérieures ou pour améliorer leur situation économique. Tandis que ce phénomène se produit, il y a une baisse significative de la croissance de la population garifuna et une augmentation de celle des nouveaux arrivants.

La plupart des terres du gouvernement est vendue par le gouvernement et par les propriétaires fonciers privés à des fins résidentielles et commerciales. Lorsque certains habitants du village se retrouvent dans la pauvreté, ils sont contraints de vendre leurs propriétés aux étrangers pour une énorme somme d’argent.

Dans la planification urbaine, il est toujours sage pour le gouvernement de ne pas vendre les terrains immédiatement à proximité d'un village ou d’une ville de sorte que les terres puissent être disponibles pour l'expansion de la communauté. Si le gouvernement fait l’erreur de vendre ces terres, lorsque le besoin d'expansion arrivera, il sera contraint d'exercer son droit de propriété éminente pour acquérir des terres additionnelles pour l'expansion. Cela pourrait aboutir à une longue action en justice et des coûts exorbitants pour les terres nécessaires.


Le village de Hopkins semble être à un point où il ne peut se développer que par l’ouest, vers le village de Silkgrass ou au nord vers la ville de Dangriga le long de la côte afin rester sur les propriétés en bord de mer. Les Garifuna qui à l’époque vivaient dans leur pays natal à Saint-Vincent et dans les autres îles des Caraïbes ont toujours été habitués à vivre près des plages. Les amener à se déplacer vers l'ouest jusqu'à Silkgrass, même si c’était possible sera difficile car la plupart d'entre eux résisteront à une telle idée ou recommandation.

Au nord de Hopkins se trouve le Lagon de Commerce Bight et la jetée de Commerce Bight qui appartient à la juridiction de la municipalité de Dangriga. Il s’agira d’un retour en arrière plutôt qu’une avancée puisqu’ils seront de retour à l'endroit même où certains de leurs ancêtres vivaient il ya plusieurs années avant de déménager dans le village de Hopkins.

Pour que les habitants de Hopkins aient un avenir dans leur village actuel, le conseil du village devrait dès maintenant concevoir un plan de développement d’avenir à long terme avec le représentant de leur région. Ce plan devrait inclure l’arrêt de la vente des terres publiques vacantes dans les environs immédiats du village de Hopkins et l'achat de terres privées disponibles par le gouvernement qui seront inclus dans les réserves de terres qui seront consacrés à l’expansion de Hopkins.

Les prix de ces terres, une fois qu'ils sont privés, sera trop coûteux pour que le gouvernement l’achète. Les propriétaires terriens privés établiront des prix pour leur terres de manière à faire des profits ou à rendre impossible au gouvernement de disposer des moyens pour les acheter,  avec pour but de bloquer l'expansion du village de Hopkins.

La plupart de ceux qui sont riches et qui ont de l'argent ont tendance à être plus à l'aise dans l'isolement et la solitude. Ils s'opposent à ce que des personnes d'une ethnie différente avec un revenu marginal ou sans revenu vive au sein de leur communauté. Depuis la migration massive de ressortissants étrangers sur nos côtes, de nombreux Béliziens sont victimes de discrimination de certains de ces étrangers lorsqu’ils essayent de visiter ou d’accéder à leurs propriétés privées.

Belize continuant à attirer de plus en plus de ces personnes dans notre pays, la situation ne fera que s'aggraver plutôt que de s'améliorer. Il est injuste et inéquitable pour les citoyens autochtones du Belize d’être discriminé par les mêmes nouveaux arrivants qu’ils ont accueillis dans leur pays.

C'est maintenant le bon moment pour le Ministère des Ressources Naturelles d’envisager de créer un Système de Parcs Nationaux pour préserver et conserver l'ensemble de leurs terres de réserve. Ce pourrait aussi être une bonne idée de réactiver les départements des Terres, de l’Agriculture, des travaux publics et des services forestiers. Ces départements seront en mesure de générer des revenus additionnels pour le gouvernement et fournir des emplois pour ceux des Béliziens qui sont au chômage.

J'ai visité le village de Hopkins, Silkgrass et Sittee River récemment et je ne suis pas satisfait de certains faits troublants que j'ai observés. Je pensais que la plupart des choses dont j’entendais parler au sujet de Hopkins étaient des mensonges et des fabrications. Après la visite, j’ai admis qu'il y a existe une préoccupation légitime, que les habitants d’Hopkins et le gouvernement du Belize devraient régler avant qu'il ne soit trop tard.

La raison d’être des bons gouvernements est de s'occuper du bien-être des personnes qui ont voté pour eux pour servir en leur nom. J'ai déjà exposé les problèmes, c’est maintenant la tâche de la population du village de Hopkins Village de plaider pour leur propre cause pour s'assurer que ce problème soit résolu dès que possible. J'ai l'intention de suivre la réaction et les progrès qui sont réalisés par le gouvernement de Belize quant à la résolution de ce problème.

gari

Traduit de l’espagnol par Guy Everard Mbarga  http://guyzoducamer.afrikblog.com/